A quoi joue-t-on avec notre santé ?

Dernièrement l’Union Européenne a déclaré que l’aspartame est inoffensif. Vous pourriez en consommer autant que vous voulez. Par contre, elle veut fortement limiter la quantité de cannelle autorisée.

Cannelle de Ceylan
Cannelle de Ceylan
 Pourtant l’aspartame avait été interdit aux États-Unis

L’aspartame a été découvert en 1965 par la société Searle.
En 1974, la FDA (agence de sécurité sanitaire américaine) a émis des doutes sur l’innocuité de l’aspartame.
En 1979, sa commercialisation a été suspendue après la découverte d’un effet carcinogène.
Puis, en 1981, Donald Rumsfeld, président de la société Searle a intégré le gouvernement, a fait nommer un nouveau président à la tête de la FDA. Et, coïncidence, l’aspartame a tout à coup retrouvé le chemin des supermarchés… en dépit de notre santé.

Comment l’Union Européenne peut-elle  être crédible après cela ?

La cannelle est une bonne épice

Si toutes les épices ne sont pas bonnes pour la santé, la cannelle fait partie de celles qu’il faut ajouter le plus souvent possible dans la cuisine, pour son odeur parfumée qui s’accorde aussi bien aux plats sucrés (salade de fruits, desserts, tisanes, vin chaud) que salés (viandes en sauce).

Des bienfaits pour la santé

Plusieurs études indiquent que la cannelle serait efficace contre le diabète de type 2. Elle améliorerait (grâce à l’un de ses constituants, le methy-hydroxychalcone) la sensibilité de l’organisme à l’insuline.

De plus, la cannelle est antiseptique polyvalent, anti-infectieuse et antibactérienne.

En stimulant la circulation sanguine, elle réchauffe le corps en cas de refroidissement. Ce qui explique qu’elle soit parfois utilisée en infusion pour combattre un rhume, une grippe ou une bronchite.

Elle nous aide à digérer. En effet, une portion aussi petite que 2 g de cannelle renferme 1,3 g de fibres. Raison de plus pour en ajouter dans les pâtisseries à base de farine blanche.

Pas d’effets secondaires observables

Aucun effet secondaire négatif de la cannelle n’a jamais été remarqué dans les populations asiatiques, qui en consomment pourtant environ 10 fois plus que les Européens, notamment avec le curry.

Paul Nuttall, député européen opposé à cette nouvelle réglementation a déclaré : « Une personne normale devrait manger tellement de pâtisseries à la cannelle pour en souffrir, qu’elle mourrait certainement d’obésité avant de ressentir les effets secondaires de la cannelle ». On ne peut être que totalement d’accord avec lui : la seule raison de vouloir diminuer la consommation de pâtisseries à la cannelle, c’est leur quantité en sucre et céréales raffinées qui en font des bombes à glycémie, non à cause de la cannelle.

Quelle est l’origine d’une telle initiative?

Une étude américaine et saoudienne de 2013 a révélé que la cannelle utilisée par les industriels peut présenter un risque pour le foie.

Il y a en effet différentes sortes de cannelle : la vraie cannelle , cinnamom verum, qui vient de Ceylan, des Seychelles et de Madagascar. Cette cannelle est aussi la meilleure au goût, et elle n’est pas dangereuse du tout, mais elle est chère.

A cause de son coût, elle est malheureusement remplacée dans les pâtisseries et sodas industriels par de la cannelle cassia , qui contient 63 fois plus de coumarine, la substance potentiellement dangereuse pour le foie.

Comment choisir la bonne cannelle ?

Si vous l’achetez en poudre, il est très difficile, voire impossible, de faire la différence entre la bonne et la mauvaise cannelle. Par contre, les bâtons sont facilement reconnaissables : la cannelle cassia est brune et formée d’une seule grosse couche d’écorce enroulée alors que la bonne cannelle de Ceylan est jaune, et les bâtons sont formés de fines couches enroulées.
Facile donc de ne pas se tromper.

Bon appétit !

Mabelle

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *