Le sage n’est pas affecté par les insultes

Un homme ayant appris que Bouddha observait le principe de compassion qui commande de rendre le bien pour le mal, vint et l’injuria.

Bouddha

 Le Bouddha demeura silencieux.

 L’homme ayant cessé ses injures, Bouddha l’interrogea : « Mon fils, si quelqu’un refuse d’accepter un présent qu’on lui fait, à qui ce don appartient-il ? »

 L’homme répondit « Dans ce cas, le présent appartient à celui qui l’a offert. »

 « Mon fils, dit Bouddha, tu m’as injurié, mais je refuse d’accepter tes injures et te prie de les garder pour toi. Ne seront-elles pas une source de malheur pour toi ? »

 L’insulteur ne répondit pas et le Bouddha continua « Celui qui méprise ou insulte un autre homme est semblable à celui qui lève la tête et crache vers le ciel. Son crachat ne souille pas le ciel, mais il retombe et salit le cracheur. Ou il est semblable à celui qui, le vent étant contraire, jette de la poussière à un autre homme. La poussière ne fait que revenir à celui qui l’a lancée. L’homme sage ne peut être blessé, et le mal que l’autre voulait lui faire retombe sur son auteur. » – Conte bouddhiste

Merveilleuse semaine

Mabelle

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *