Rallumer son propre feu

Bonjour,

J’espère que le passage vers une nouvelle année qui devrait être celle de tous les changements s’est bien déroulée pour vous.

Je vous partage un petit texte de Anne Wesseling

Franciliens, vous pouvez rallumer un feu de cheminée ! - Euro Assurance

« Que faire dans les moments où vous auriez le plus besoin de votre feu mais que celui-ci n’a jamais été aussi près de l’extinction ? Vider un stère de bois par-dessus ? Non. C’est la meilleure manière d’étouffer la dernière petite étincelle restante.
S’il ne vous reste qu’une étincelle, une timide lueur, couvez-la. Recouvrez-la de toutes petites brindilles. Si nécessaire, une simple poignée d’herbes sèches, sous la forme d’un joli moment d’une feuille d’automne, d’un joli vers.
Dès que l’étincelle redevient flamme, passez à une branche un peu plus grosse. Et continuez, petit à petit, jusqu’à ce que votre feu reprenne.
Cette étincelle peut-être un dicton poétique, une simple tasse de thé, un geste attentionné de la part de quelqu’un ou au contraire, une petite attention que vous offrez à quelqu’un. Commencez petit.
Et puis soufflez. Soufflez tout doucement.
Il n’y a rien de plus beau qu’un feu qui crépite, si ce n’est un feu qui repart, alors qu’il était sur le point de s’éteindre, que le bois était mouillé et les allumettes trempées.
Un feu pour lequel vous avez dû chercher longuement un abri au sec, pour lequel il vous aura fallu aller chercher la première étincelle aux portes de l’enfer. Et qui, malgré tout s’enflamme.
Puis sentir la chaleur du feu, l’admirer qui flamboie, apprécier sa chaleur et surtout, savourer le fait que vous êtes parvenu à le faire redémarrer.
« J’ai mon propre briquet » pourrez-vous dire mais c’est bien plus que ça. vous êtes le dieu de votre propre feu. »

Anne Wesseling

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *