Le mouvement écologique fait grincer les sans dents

Bonjour, comment allez-vous ?

Je vous partage ce matin un petit texte qui me fait toujours sourire mais qui est pourtant tellement vrai, même si seulement les plus de 50/60 ans peuvent comprendre que le mouvement écologique fait grincer les sans dents.

Lorsque les étudiants, bien manipulés par la petite Greta, elle-même manipulée par sa famille Rotschild, ont manifesté durant des semaines, je ne sais pas ce qu’ils avaient dans la tête. J’ai montré ce texte à deux d’entre eux et ils ont admis que, vu comme ça, j’avais raison. Cependant on leur a tellement mis dans le crâne des mensonges de réchauffement climatique, leur dire qu’il s’agit d’une manipulation de plus et que des chercheurs intègres le prouvent, ils sont loin d’être prêts à l’admettre.

Ces jeunes qui nous accusent, nous les vieux, de ce fameux réchauffement imaginaire. Mais, au moment des manifestations il y a deux ans ils laissaient des kilos de crasses derrière eux dans les rues (emballages mac do, gobelets, canettes, … ) Perso je n’ai jamais mangé de mac do, et encore moins jeté mes emballages en rue. Combien de litres d’eau pour élever les boeufs des hamburgers ? (Ah mais ce n’était peut-être pas du boeuf, mais une de ces personnes qui disparaissent dans le trafic d’êtres humains, ça change tout évidemment dans ce cas), combien d’arbres abattus pour les emballages à jeter ? Combien de pesticides balancés sur les champs de pommes de terre ? Combien de carburant pour acheminer tout ça dans les fast food ? Combien de colorants, additifs chimiques dans ces produits qui seront rejetés dans les toilettes et envoyés dans les océans, … ? Combien de véhicules utilisés pour se rendre aux manifestations, parce que pas un seul ne s’y est rendu à vélo ou à pied et que maintenant, à peine 17 ans et on veut sa voiture personnelle pour se rendre à l’école ? Lequel d’entre eux n’avait pas un gsm dans la main pour filmer ses exploits et combien d’enfants esclaves dans les mines pour que chacun ai son précieux appareil dernier modèle ? Combien de vêtements de marque bien chers qui ont fait des milliers de kilomètres en avion avant d’arriver sur leur dos ? Un seul d’entre eux portait il un pull récupéré d’un aîné ? J’en doute.

Il faut arrêter de dire que nous sommes trop nombreux sur la planète. Il y aurait bien assez de ressources si les gens étaient responsables et ne jouaient pas à l’objet kleenex, qu’on utilise une fois et qu’on jette. Il y aurait bien assez à manger si on mangeait ce qu’on a chez nous sans vouloir des scampis chinois bourrés de silicone ou des fraises à l’antigel en plein mois de décembre.

Connaissez-vous L'histoire De La Petite Dame Au Supermarché? Lisez Plutôt :)

A la caisse d’un supermarché, une vieille dame choisit un sac en plastique pour ranger ses achats.

La caissière lui reproche de ne pas se mettre à l’écologie et lui dit :

 » Votre génération ne comprend tout simplement pas le mouvement écologique. Seuls les jeunes vont payer pour la vieille génération qui a gaspillé toutes les ressources ! « 

La vieille femme s’excuse auprès de la caissière et explique :

– Je suis désolée, il n’y avait pas de mouvement écologiste de mon temps. »

Alors qu’elle quitte la caisse, la mine déconfite, la caissière ajoute :

« Ce sont des gens comme vous qui ont ruiné toutes les ressources à nos dépens. C’est vrai, vous ne considériez absolument pas la protection de l’environnement dans votre temps »

Alors, un peu énervée, la vieille dame fait observer qu’à l’époque on retournait les bouteilles de verre consignées au magasin. Le magasin les renvoyait à l’usine pour être lavées, stérilisées et remplies à nouveau : les bouteilles étaient recyclées, mais on ne connaissait pas le mouvement écologique.

Elle ajoute :

De mon temps, on montait l’escalier à pied : on n’avait pas d’escaliers roulants et peu d’ascenseurs. On avait deux paires de chaussures, une pour l’été et une pour l’hiver, pas une paire pour chaque jour du mois.

On ne prenait pas sa voiture à chaque fois qu’il fallait se déplacer de deux rues : on marchait jusqu’à l’épicerie du coin.

Mais, c’est vrai, on ne connaissait pas le mouvement écologique !

On ne connaissait pas les couches jetables : on lavait les couches des bébés. On faisait sécher les vêtements dehors sur une corde

On avait un réveil qu’on remontait le soir, pas un gsm sur la table de nuit ou un réveil électrique.

Dans la cuisine, on s’activait pour préparer les repas, on ne disposait pas de tous ces gadgets électriques spécialisés pour tout préparer sans efforts et qui bouffent des watts autant qu’EDF en produit. On mangeait les légumes qu’on avait cultivé au jardin, pas des légumes ayan tous le même gabarit, tout propres, bien lavés achetés au supermarché. On ne mangeait pas des plats préparés en usine dans des emballages plastiques.

Quand on emballait des éléments fragiles à envoyer par la poste, on utilisait comme rembourrage du papier journal, dans des boîtes ayant déjà servi, pas des bulles en mousse de polystyrène ou en plastique.

On n’avait pas de tondeuses à essence autotractées ou des robots tondeuses électriques : on utilisait l’huile de coude pour tondre le gazon.

On travaillait physiquement ; on n’avait pas besoin d’aller dans un club de gym pour courir sur des tapis roulants qui fonctionnent à l’électricité.

Mais, c’est vrai, on ne connaissait pas le mouvement écologique !

On buvait de l’eau à la fontaine quand on avait soif. On ne buvait pas des sodas dans des bouteilles en plastique à jeter.

On remplissait les stylos dans une bouteille d’encre au lieu d’acheter un nouveau stylo.

On remplaçait les lames de rasoir au lieu de jeter le rasoir entier après quelques utilisations.

Mais, c’est vrai, on ne connaissait pas le mouvement écologique !

Les gens prenaient le bus, le métro, le train et les enfants se rendaient à l’école à vélo ou à pied au lieu d’utiliser la voiture familiale et maman comme un service de taxi 24 H sur 24. Les enfants gardaient le même cartable durant plusieurs années, les cahiers continuaient d’une année sur l’autre, les crayons de couleurs, gommes, taille- crayon et autres accessoires duraient tant qu’ils pouvaient, pas un cartable tous les ans et des cahiers jetés fin juin, de nouveaux crayons et gommes avec un nouveau slogan à chaque année

Mais, c’est vrai, on ne connaissait pas le mouvement écologique !

On n’avait qu’une prise de courant par pièce, et pas de bande multiprises pour alimenter toute la panoplie des accessoires électriques indispensables aux jeunes d’aujourd’hui.

ALORS NE VENEZ PAS ME FAIRE CHIER AVEC VOTRE MOUVEMENT ECOLOGIQUE !

Tout ce qu’on regrette, c’est de ne pas avoir eu assez tôt la pilule, pour éviter d’engendrer la génération des jeunes cons comme vous, qui s’imagine avoir tout inventé, à commencer par le travail, qui ne savent pas écrire 10 lignes sans faire 20 fautes d’orthographe, qui n’ont jamais ouvert un bouquin autre que des bandes dessinées, qui ne savent pas qui a écrit le Boléro de Ravel…(pensent même que c’est un grand couturier), qui ne savent pas mieux où passe le Danube quand on leur propose Vienne ou Athènes, mais qui croient tout de même pouvoir donner des leçons aux autres, du haut de leur ignorance !

Elle a de la répartie la petite dame, mais elle a entièrement raison, il faut arrêter d’accuser le voisin, la génération précédente, l’autre et regarder ce qu’on fait soi même pour changer les choses. La terre est abondante et les ressources suffisantes si on les utilise autrement. Celui qui me dit qu’il est écolo mais qui mange des fraises à l’antigel en décembre, des scampis gonflés au silicone en Chine et ayant fait des milliers de kilomètres en avion pour arriver dans leur assiette, je dis non, vous n’êtes écolo.

Merveilleuse journée.

Mabelle

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *