Archives de catégorie : Textes à méditer

Le pouvoir des mains

« Dis grand-mère, comment soulager une douleur ? »

« Avec nos mains, chérie. »

« Avec les mains mamie ? »

« Oui. Nos mains sont les antennes de notre Âme.

Lorsque tu les mets en mouvement en tressant, en cuisinant, en peignant, en jouant ou en les enfonçant dans la terre, tu envoies de l’énergie de soin à la partie la plus profonde de toi.

Ton Âme s’illumine parce que tu prends alors conscience de son importance.

Ainsi, les signes de douleur n’ont plus de raison d’être. »

Nos conseils pour avoir de belles mains

« Les mains sont-elles vraiment si importantes ? »

« Oui, ma petite chérie

Observe les bébés : ils explorent le monde grâce au toucher au travers de leurs petites mains.

Vois les mains des anciens, ils te raconteront plus sur leur vie que n’importe quelle autre partie de leur corps.

Il est dit que : « Tout ce qui est fait avec la main, est fait avec cœur. »

Les mains et le cœur sont connectés. ❤️

Les masseurs le savent bien : quand ils touchent le corps de quelqu’un d’autre avec leurs mains, ils créent une connexion profonde.

C’est précisément à partir de cette connexion que la guérison arrive. »

« Mes mains mamie… combien de temps ne les ai-je pas utilisées comme ça ! »

« Mets-les en mouvement, mon Amour, commence à créer avec elles et tout en toi se mettra en mouvement.

Prends conscience de ce que tu souhaites produire avec cette douleur, qu’elle révélera ta capacité à en faire ton plus beau chef-d’œuvre.

La douleur disparaîtra, parce que tu auras su transformer son essence…

Tu apprendras la vie

Bonjour, Vous allez bien ?

Ce texte qui circule sur le net est attribué à tort à William Shakespeare. Après vérification, le véritable auteur est Jorge Luis Borgès. Merci à la personne qui a traduit ce texte de l’espagnol et nous permet d’en profiter. Le titre original est donc Apprendiendo.

Tout ce qui ne tue pas rend plus fort et la vie n’est qu’un apprenti-sage. Avec le temps, nous comprenons qu’il y a des rencontres pour l’expérience et d’autres pour savourer ce que nous avons appris, des chocs avec des personnes et des évènements, juste là pour comprendre que chaque épreuve est là, non pour nous mettre à genoux mais pour apprendre à devenir plus fort.

Avec le temps, et même si cela est parfois difficile ou très douloureux, nous acceptons que ce que nous appelions difficultés sont des opportunités pour grandir en conscience.

Après quelque temps,

Tu apprendras la différence entre tendre la main et secourir une âme.

Et tu apprendras qu’aimer ne signifie pas s’appuyer, et que compagnie ne signifie pas toujours sécurité.

Tu commenceras à apprendre que les baisers ne sont pas des contrats, ni des cadeaux, ni des promesses…

Tu commenceras à accepter tes échecs la tête haute, comme un adulte, et non avec la tristesse d’un enfant.

Et tu apprendras à construire aujourd’hui tes chemins, parce que le terrain de demain est incertain, et ne garantit pas la réalisation des projets, et que le futur a l’habitude de ne pas tenir ses promesses.

Après un certain temps,

Tu apprendras que le soleil brûle si tu t’y exposes trop.

Tu accepteras le fait que même les meilleurs peuvent te blesser parfois, et que tu auras à leur pardonner.

Tu apprendras que parler peut alléger les douleurs de l’âme.

Tu apprendras qu’il faut beaucoup d’années pour bâtir la confiance, et à peine quelques secondes pour la détruire, et que, toi aussi, tu pourrais faire des choses dont tu te repentiras le reste de ta vie.

Tu apprendras que les vraies amitiés continuent à grandir malgré la séparation. Et que ce qui compte, ce n’est pas ce que tu possèdes, mais qui compte dans ta vie.

Et que les bons amis sont la famille qu’il nous est permis de choisir.

Tu apprendras que nous n’avons pas à changer d’amis, si nous acceptons que nos amis changent et évoluent.

Tu expérimenteras que tu peux passer de bons moments avec ton meilleur ami en faisant n’importe quoi, ou en ne rien faisant, seulement pour le plaisir de jouir de sa compagnie.

Tu découvriras que souvent nous prenons à la légère les personnes qui nous importent le plus ; et pour cela nous devons toujours dire à ces personnes que nous les aimons, car nous ne savons jamais si c’est la dernière fois que nous les voyons…

Tu apprendras que les circonstances, et l’ambiance qui nous entoure, ont une influence sur nous, mais que nous sommes les uniques responsables de ce que nous faisons.

Tu commenceras à comprendre que nous ne devons pas nous comparer aux autres, sauf si nous désirons les imiter pour nous améliorer.

Tu découvriras qu’il te faut beaucoup de temps pour être enfin la personne que tu désires être, et que le temps est court…

Tu apprendras que si tu ne contrôles pas tes actes, eux te contrôleront.

Et qu’être souple ne signifie pas être mou ou ne pas avoir de personnalité : car peu importe à quel point une situation est délicate ou complexe, il y a toujours deux manières de l’aborder.

Tu apprendras que les héros sont des personnes qui ont fait ce qu’il était nécessaire de faire, en assumant les conséquences.

Tu apprendras que la patience requiert une longue pratique.

Tu découvriras que parfois, la personne dont tu crois qu’elle te piétinera si tu tombes, est l’une des rares qui t’aidera à te relever.

Mûrir dépend davantage de ce que t’apprennent tes expériences que des années que tu as vécues.

Tu apprendras que tu tiens beaucoup plus de tes parents que tu veux bien le croire.

Tu apprendras qu’il ne faut jamais dire à un enfant que ses rêves sont des bêtises, car peu de choses sont aussi humiliantes ; et ce serait une tragédie s’il te croyait, car cela lui enlèverait l’espérance !

Tu apprendras que, lorsque tu sens de la colère et de la rage en toi, tu en as le droit, mais cela ne te donne pas le droit d’être cruel.

Tu découvriras que, simplement parce que telle personne ne t’aime pas comme tu le désires, cela ne signifie pas qu’elle ne t’aime pas autant qu’elle en est capable : car il y a des personnes qui nous aiment, mais qui ne savent pas comment nous le prouver…

Il ne suffit pas toujours d’être pardonné par les autres, parfois tu auras à apprendre à te pardonner à toi-même…

Tu apprendras que, avec la même sévérité que tu juges les autres, toi aussi tu seras jugé et parfois condamné…

Tu apprendras que, peu importe que tu aies le cœur brisé, le monde ne s’arrête pas de tourner.

Tu apprendras que le temps ne peut revenir en arrière. Tu dois cultiver ton propre jardin et décorer ton âme, au lieu d’attendre que les autres te portent des fleurs…Alors, et alors seulement, tu sauras ce que tu peux réellement endurer ; que tu es fort, et que tu pourrais aller bien plus loin que tu le pensais quand tu t’imaginais ne plus pouvoir avancer !

C’est que réellement, la vie n’a de valeur que si tu as la valeur de l’affronter

Vous voulez notre mort, nous sommes plus vivants que jamais

Bonjour,

Comment vous sentez vous ce matin ?

Je vous partage un texte du Dr Louis Fouché, médecin anesthésiste – réanimateur, un des trop peu nombreux médecins intègres qui continue malgré les pressions à rester fidèle à son serment d’Hippocrate et à dire la vérité plutôt que de suivre aveuglément ce que lui demande l’ordre des médecins sans même réfléchir.

Il a écrit ce texte au nom des 60.000 personnes de son association réinfoCovid. Merci à lui

Peut être une image de 1 personne et texte qui dit ’REINFO COVID Louis Louis Fouché Immunité artificielle? Invitation à la prudence"’

J’en profite également pour vous partager un lien qui démontre que les dirigeants font précisément ce qu’ils ont envie sans aucun fondement scientifique, même quand le centre d’évaluation des médicaments parle de la dangerosité des vaccins, ils continuent de pousser à la vaccination.

Ca fait un an que je répète qu’il ne s’agit pas d’une crise sanitaire. Et, non, je ne suis pas complotiste, seulement je regarde le monde autour de moi, je ne suis pas dupe, je fais mes recherches plutôt que de prendre l’info mensongère que délivrent les médias. Lorsque j’avais parlé du danger des tests, j’ai été censurée, des connaissances ont mis un terme à nos relations me traitant de complotiste. Quand j’ai parlé de l’inutilité et du danger des masques, des traitements existants mais volontairement interdits pour promouvoir la vaccination, du but des dirigeants d’imposer un passeport vaccinal et une puce, de camps très semblables aux camps de concentration lors de la dernière guerre, on a rit de moi et certains ont définitivement cessé de me parler. Et pourtant … un an plus tard tout ça se révèle être notre quotidien et la folie continue. D’ici l’été arrivera l’hécatombe avec tous les malades et décès dus à la deuxième ou troisième injection et désormais, il n’y a plus rien à faire pour ces personnes qui n’ont rien voulu entendre.

Voici le texte du Dr Fouché :

« Tout d’abord chapeau bas à tous ceux qui ont réussi à transformer le Coronavirus en « crise sanitaire mondiale », en « pandémie globale ». Merci aux médias alarmistes, merci aux politiques dictatoriaux, merci aux scientifiques corrompus ou dogmatiques. Nous tenons par cet article à leur exprimer toute notre gratitude. Gratitude qui vient du mot « grâce ». Oui nous avons été touchés par la grâce, grâce à vous.

Cette crise est une révélation, un dévoilement, une apocalypse. Et après l’apocalypse vient un autre monde. Nous ne reviendrons jamais au monde d’avant, n’en déplaise à ceux qui s’y accrochent encore. Depuis plusieurs années, nous sentions bien que plusieurs choses « clochaient » dans ce monde. Pris par la vie de tous les jours avec ce sentiment confus d’un « quelque chose » qui n’allait pas, nous errions sans vraiment comprendre, nous raccrochant à ce monde vicié pour éviter la douleur de s’en détacher.

Heureusement, le virus et son narratif burlesque envahissant la surface du globe est arrivé, nous arrachant nos œillères, nous laissant contempler le désastre. D’abord, nous avons essayé de comprendre. Je peux vous le dire, nous n’avons jamais autant travaillé. Et je vais vous faire mal : nous sommes tous bénévoles ! Nous avons épluché tous les articles de sciences, toutes les informations, lois, décrets, ordonnances. Nous avons lu toutes les informations, celles des médias mainstream comme celles des « complotistes ». Nous avons appris à maîtriser internet, les réseaux sociaux, la communication, le graphisme, la communication non violente…Nous avons écrit, filmé, publié, coordonné, dessiné, chanté, dansé créé des œuvres d’art. Nous nous levons aux aurores et nous couchons lorsque nos yeux se ferment.

Vous vouliez nous appauvrir, vous nous avez tant enrichis : nos connaissances sont plus grandes, nous nous sommes découverts de nouveaux talents. Nous avons repoussé nos limites : plus que jamais nous sommes emplis d’espoir, de courage et d’allégresse.

Vous vouliez notre mort mais nous nous sentons plus vivants et rayonnants que jamais.

Vous vouliez nous désespérer, nous n’avons plus besoin d’espoir pour entreprendre. Grâce à vous, nous avons pu cerner ce que nous ne voulions pas. Nous ne voulons pas vivre masqués. Nous ne voulons pas vivre en nous méfiant les uns des autres. Nous ne voulons pas vivre dans la culpabilité hypothétique de « donner la mort » à nos proches en transmettant un virus. Nous ne voulons pas vivre vaccinés de force tous les mois pour tous les virus qui sont ou viendront. Nous ne voulons pas de passeport sanitaire, de reconnaissance faciale, nous ne voulons pas vivre fichés. Nous ne voulons pas être incarcérés dans nos domiciles.

Vous vouliez nous séparer. «Attention, distanciation sociale: 1m, puis 1m50, puis 2m avec les nouveaux variants ».Vous nous avez rassemblés.

Vous vouliez nous faire peur, nous sommes sortis de la caverne. Jouez tous seuls avec vos ombres.

Vous vouliez nous abrutir devant la télévision, nous l’avons éteinte et demain nous jetterons devant nos seuils tous vos biens de consommation à l’obsolescence programmée.

Vous vouliez nous imposer le passeport sanitaire, nous surveiller, nous reconnaître facialement, nous pucer peut-être ? Nous avons faim de liberté.

Vous vouliez nous vendre des médicaments couteux à l’efficacité et à la sécurité douteuse ? Nous arpentons d’autres chemins de santé.

Vous vouliez nous imposer votre vision du monde, marchande et basée sur la dette éternelle, la dépossession intégrale, jusqu’à celle de nos propres vies ?Nous posons les premières pierres d’un autre monde enthousiasmant basé sur la gratitude, la joie et la présence à l’autre.

Alors un immense merci à vous pour tous ces bienfaits. »

Tomber dans le trou ou passer le portail ?

Bonjour j’espère que vous allez bien.

Je vous partage ce matin un très beau texte emprunté à Aigle Blanc, indigène Hopi.

Personnellement j’utilise dans ma routine quotidienne les outils à ma disposition pour rester, ou revenir dans de hautes vibrations si je sens que je m’en écarte : sophrologie, méditation, envoi de vibrations avec mon petit bijou de technologie qui m’envoie les fréquences dont mon corps et mon esprit ont besoin, EFT, Point Zéro, … A chacun sa ou ses techniques

Merveilleuse journée

Mabelle

Un trou noir serait à l'origine de la plus grande explosion observée dans l' univers

«Ce moment que traverse l’humanité peut maintenant être vu comme un portail et comme un trou.

La décision de tomber dans le trou ou de passer par le portail vous appartient.

Si vous vous repentez du problème et consommez les nouvelles 24 heures sur 24, avec peu d’énergie, nerveuse tout le temps, avec pessimisme, vous tomberez dans le trou. 

Mais si vous saisissez cette occasion pour vous regarder, repenser la vie et la mort, prendre soin de vous et des autres, vous traverserez le portail.

Prenez soin de votre maison, prenez soin de votre corps. Connectez-vous avec votre maison spirituelle.

Lorsque vous prenez soin de vous, vous vous occupez de tout le reste. Ne perdez pas la dimension spirituelle de cette crise, ayez l’aspect d’aigle, celui d’en haut, et voyez l’ensemble; voir plus largement.

Il y a une demande sociale dans cette crise, mais il y a aussi une demande spirituelle. Les deux vont de pair. 

Sans la dimension sociale, nous tombons dans le fanatisme. Mais sans la dimension spirituelle, nous tombons dans le pessimisme et le manque de sens.

Vous étiez prêt à traverser cette crise. Prenez votre boîte à outils et utilisez tous les outils à votre disposition.

Renseignez-vous sur la résistance des peuples autochtones et africains: nous avons toujours été et continuons d’être exterminés. 

Mais nous n’avons toujours pas arrêté de chanter, de danser, d’allumer un feu et de nous amuser. Ne vous sentez pas coupable d’être heureux pendant cette période difficile.

Vous n’aidez pas du tout à être triste et sans énergie. Vous aidez si de bonnes choses émanent de l’Univers maintenant. 

C’est par la joie que l’on résiste. 

Aussi, lorsque la tempête passera, chacun de vous sera très important dans la reconstruction de ce nouveau monde.

Vous devez être bien et fort. Et, pour cela, il n’y a pas d’autre moyen que de maintenir une belle vibration joyeuse et lumineuse. Cela n’a rien à voir avec l’aliénation.

C’est une stratégie de résistance. 

Dans le chamanisme, il existe un rite de passage appelé la quête de la vision. Vous passez quelques jours seul dans la forêt, sans eau, sans nourriture, sans protection. Lorsque vous traversez ce portail, vous obtenez une nouvelle vision du monde, car vous avez affronté vos peurs, vos difficultés…

Voici ce qui vous est demandé:

Permettez-vous de profiter de ce temps pour effectuer vos rituels de recherche de vision. Quel monde voulez-vous construire pour vous? 

Pour l’instant, voici ce que vous pouvez faire: la sérénité dans la tempête. Calmez-vous, priez tous les jours. Établissez une routine pour rencontrer le sacré tous les jours.

De bonnes choses émanent; ce que vous émanez maintenant est la chose la plus importante. Et chanter, danser, résister à travers l’art, la joie, la foi et l’amour. 

Résistez – renaissez ! »

Garder un peu d’amour pour soi

Si tu as un petit sac d’Amour en poche, fais attention à ne pas en donner deux à chaque personne que tu croises, car forcément, carence il y aura. Donne beaucoup, mais garde un peu pour toi. Et puis accepte de recevoir aussi pour que tes poches se remplissent à nouveau, et que tu puisses distribuer encore et encore. Tu vois l’Amour, ce n’est pas une souffrance. L’amour, ce n’est que ça : un échange d’énergie, qui rend heureux celui qui donne, et qui reçoit

Je mérite

Je mérite tout le bien.

Pas un peu, pas un petit bout mais tout.

Je chasse maintenant toutes les pensées négatives et restrictives.

J’abandonne toutes les limitations de mes parents.

J’aime mes parents mais je vais plus loin qu’eux.

Dans mon esprit, je suis totalement libre.

Je me dirige maintenant vers un nouvel espace de conscience où je veux me voir différemment.

Je veux créer de nouvelles pensées sur moi et ma vie.

Ma nouvelle façon de penser se transforme en nouvelles expériences.

Je sais maintenant et j’affirme que je suis UN avec la puissance de la Prospérité dans l’univers.

Je suis donc maintenant prospère de toutes sortes de façons.

Toutes les possibilités s’ouvrent à moi.

Je mérite de vivre, de bien vivre

Je mérite l’amour, l’amour en abondance.

Je mérite une bonne santé.

Je mérite de vivre confortablement et de connaître la prospérité.

Je mérite la joie et le bonheur.

Je mérite la liberté, la liberté d’être tout ce que je veux être.

Je mérite plus que tout cela.

Je mérite tout le bien.

L’Univers est prêt à manifester mes nouvelles croyances.

J’accepte toute cette vie abondante avec joie, plaisir et gratitude car je la mérite.

Je l’accepte.

Je sais que c’est vrai.

Louise Hay : L’amour sans condition

https://amzn.to/3dVunFw

Osho – Etre libre c’est être rebelle

Etre libre demande du courage - TianaWeb

Un rebelle est celui qui ne réagit pas contre la société.

Il observe et comprend tout le manège et décide simplement de ne pas en faire partie.

Il n’est pas contre la société, il est plutôt indifférent à ce qui s’y passe.

C’est la beauté de la rébellion : la liberté !

Le révolutionnaire n’est pas libre.

Il est constamment en train de se battre, de lutter avec quelque chose.

Comment pourrait-il donc être libre ?

Il est systématiquement en train de réagir contre quelque chose.

Où est-ce que se trouve la liberté dans la réaction mécanique à des choses extérieures ?

La liberté naît de la compréhension.

Il faut d’abord comprendre les mécanismes en jeu :

La société empêche l’évolution de l’âme.

Le système ne vous permet pas d’être vous-même.

Une fois que cela est compris, vous sortez simplement du système sans même une cicatrice dans l’âme.

Le rebelle pardonne et oublie, il se contente de prendre une distance par rapport à la société, sans lien d’amour ni de haine avec elle.

Ce matin là je me suis parlé

Moi aussi… tu sais il m’est arrivé un beau matin de devoir repenser ma vie…

J’en avais gaspillé plus de la moitié dans l’oubli à ne penser qu’aux autres… « 

Tout comme toi… peut-être…

Ce ne fut pas facile au début de revoir ces images de ma vie en lambeaux mais je voulais les regarder…

J’avais laissé tellement de gens jouer avec mon cœur, tellement de gens détruire mon âme et me blesser

J’avais du regret pour le mal que je me suis laissé faire par eux et…

Ce matin-là j’ai beaucoup pleuré et j’ai osé pour la première fois me regarder et m’écouter

J’ai vu alors la femme que j’étais vraiment et je me suis pardonnée

Pardonnée de m’être oubliée

Toute ma vie je me suis sentie fragile et démunie, c’est pour ça d’ailleurs que j’écris

Je suis une rêveuse, une solitaire, une petite femme éphémère avec un cœur grand comme l’océan, qui a aimé jusqu’au bout de son sang

Il y a toujours des larmes dans mes yeux

Ça c’est pour toutes les fois où je n’ai pas voulu baisser les armes

J’aurais pourtant dû comprendre bien avant qu’entre deux pays il y a un océan

J’ai passé plus de la moitié de ma vie dans le rêve maintenant je n’ai plus besoin d’anesthésie, je veux vraiment parler à la femme que je suis

Ce matin-là j’ai effacé de ma vie tous les souvenirs amers…

les mauvais rêves…

et tout ce qui m’avait fait souffrir…

Je n’ai gardé que le merveilleux…

et c’est là… que les larmes…

sont revenues dans mes yeux…  »

Là, j’ai souri… et j’ai compris…

que je ne serais plus jamais seule…

pour pleurer…

Je venais à peine de me rencontrer… « 

Claire De La Chevrotière

Abel Gance – Lettre à sa soeur.

C’est l’instant précis où les hommes prirent les empreintes digitales de l’atome, que les étoiles fondirent en larmes.

L'humain est-il au centre de l'univers ?

L’homme venait de découvrir leurs secrets.

Il n’y a pas d’en haut.

Il n’y a pas d’en bas.

Il n’y a rien de grand.

Il n’y a rien de petit.

Les yeux se sont trompés depuis qu’ils se sont entrouverts en remontant des profondeurs marines.

Les oreilles se sont trompées.

Il faut tout recommencer autrement.

Ce sont des larmes d’étoiles qui me l’apprennent, comment le sais – je ?

C’est une histoire bien inattendue que j’essayerai de raconter quelque jour, si les mots clés de l’invisible veulent bien m’obéir.

Non au script

Bonsoir,

J’espère que vous allez bien. Pour ceux qui se trouvent en France ou en Belgique, j’espère que vous n’avez pas trop froid et que vous avez pu profiter du soleil en journée. Ici moins 10° ce matin. Les températures ont frôlé le zéro en après-midi mais nous revoilà de nouveau à moins 5°. Pas du tout le temps que j’aime ça, je suis frileuse et j’attends déjà le printemps avec impatience !

De passage sur mon blog pour répondre à un commentaire reçu, j’en profite poru vous partager un texte qui m’a interpellée dans une de mes lectures récentes

« Va à la fac pour avoir un diplôme. Deviens diplômé sans avoir de vraies compétences et avec un diplôme inutile, identique à celui d’une multitude d’autres diplômés.

Trouve un boulot pour pouvoir officiellement rejoindre le club de ceux qui prostituent leur temps en échangeant cinq jours sur sept pour avoir des petits morceaux de papier qu’on appelle argent.

Travaille toute la journée pour pouvoir payer les vêtements que tu viens de mettre, la voiture que tu viens de conduire, et l’appartement que tu viens de quitter.

Utilise ton découvert pour sortir en boîte. Paye des tournées pour impressionner des parfaits inconnus. Achète des bouteilles de vodka à prix exhorbitant, installe-toi dans le carré vip, et essaye de les impressionner encore plus.

Accumule les dettes pour avoir l’impression de vivre libre : tu l’as bien mérité en décrochant ton diplôme.

Deviens plus âgé.

Reçois une augmentation et une promotion.

Réveille-toi, appuie sur snooze, puis réveille-toi encore. Apprends bien ta routine : travail, trafic, série télé, sommeil. Recommence encore quatre fois de plus cette semaine.

Fais des heures sup, et montre bien à tes seigneurs que tu es prêt à tout pour ce job. Faillotes ton patron, celui qui a mauvaise haleine et qui porte des costumes mal taillés.

Déteste ton travail, tolère tes collègues, mais apprécie ton salaire.

Achète une belle voiture, un bel appart, et des belles fringues. Paye-toi des beaux weekends.

Deviens encore plus âgé.

Achète de la marque. Écoute les tubes du moment . Regarde les séries télé dont tout le monde parle. Suis la vie de faux gens dans des fausses émissions qui essayent de faire croire que c’est la réalité.

Idôlatre les célébrités et les sportifs. Pense et vote comme eux parce qu’ils sont connus. Paye tes impôts. Paye tes factures : ton crédit immobilier, ton crédit automobile, ton abonnement internet, tes frais de co-propriété.

Continue à empiler les dettes : après tout, tu travailles dur et tu le mérites.

Deviens encore plus âgé.

Pars en vacances deux fois dans l’année, mais seulement quand tes seigneurs l’autorisent.

Achète les mêmes objets que les plus grands : les mêmes écouteurs que Dr. Dre, ou que Lady Gaga.

Dépense pour pouvoir te sentir accompli, au moins jusqu’à ce que lundi arrive, ou que la prochaine facture à payer arrive.

Dépense pour remplir un vide que tu n’arrives pas à expliquer.

Deviens encore plus âgé.

Sens ton horloge biologique avancer. Inquiète-toi d’être encore célibataire. Réfléchis à démarrer une relation avec un ami. Ou avec un collègue. Essaye-toi aux services de rencontres : Tinder, Match, eHarmony.

Rencontre quelqu’un. Marie-toi. Dépense une fortune dans un mariage de six heures qui mettra six ans à rembourser.

Continue à travailler. Continue à dépenser. Continue à te distraire. Rêve de voyager à travers le monde. Rêve de pouvoir te lever à l’heure qui te plait. Rêve à quelque chose de plus grand, quelque chose qui aurait plus de sens que de vivre pour payer des factures. Rêve à tous tes vieux rêves que tu as abandonné.

Et puis deviens encore plus âgé.

Fais des enfants. Élève tes enfants. Deviens responsable.

Arrête de tout acheter à crédit. Commence à planifier ta retraite. Suis les conseils de placements des experts qui parlent dans les médias. Économise 10% de ton salaire, essaye-toi à la bourse, et prie pour ne pas tout perdre.

Économise pour les études de tes enfants. Travaille plus, et plus dur. Rembourse tous tes prêts. Fais-toi un budget. Collectionne les coupons de réduction. Annule des chaînes de télé. Arrête d’aller chez Strarbucks. Arrête d’aller au cinéma, d’acheter des vêtements de marque. Arrête de rêver d’une voiture de sport, parce que tout l’argent que tu gagnes doit maintenant être donné à ton banquier. Arrête de rêver tout court, arrête de t’amuser, arrête de vivre, et commence à mourir.

Deviens encore plus âgé.

Crois que tu vas pouvoir prendre ta retraite bientôt. Crois qu’à ce moment là tu seras encore en vie. Crois ton banquier. Crois que l’économie aura toujours un job en réserve pour toi. Crois que ta maison continuera à prendre de la valeur. Crois les médias, crois en leur objectivité. Crois les compagnies pharmaceutiques. Crois que la nourriture que tu manges est saine. Crois les autorités de régulation et de contrôle. Crois ton médecin qui pourtant est lui-même en surpoids. Crois les représentants du gouvernement.

Et deviens plus âgé.

Veille à ce que tes enfants aient des bonnes notes pour qu’ils puissent faire des grandes études, et, comme toi, trouver un bon travail pour pouvoir répéter exactement la même marche jusqu’à la mort, de laquelle tu ne peux pas t’échapper.

Apprends à tes enfants la différence entre les rêves et la réalité.

Continue à travailler. Continue à vieillir. Mets-toi à regretter.

Tu n’as plus aucun projet, et ton temps est presque terminé. Tes économies aussi.

Réalise que tu n’as pas obtenu la rentabilité promise par les experts des médias et par ton banquier.

Reporte ta retraite. Reporte la retraite de ta femme. Continue à travailler pour avoir plus d’épargne.

Malheureusement, le temps s’en fout. Le temps se fout du rendement qu’on t’avait promis. Le temps se fout que tu ais cru ton banquier. Le temps se fout que tu n’avais plus que quelques années à attendre avant de pouvoir partir en croisière. Le temps se fout que tu ais travaillé toute ta vie, que tu ais dépensé des fortunes et participé à faire tourner l’économie, et que tu ais payé l’équivalent de la rançon d’un roi en impôts.

Le temps se fout de tout ce qu’on t’a promis et qui n’a as été livré. Parce que le temps dit qu’il est temps de mourir…

Bienvenue dans le SCRIPT. Conçu par la pensée conventionnelle, distribué par la propagande institutionnelle… et avalé avec une confiance aveugle.

Réveille-toi… Le produit qu’on est en train de fabriquer, c’est toi. »

Extrait du livre « Non au Script » de MJ Demarco

https://amzn.to/2NmQolh

Je vous souhaite une douce soirée

Mabelle