Archives de catégorie : Pensées positives

Nos pensées modifient nos cellules

Bonjour, je vous espère en pleine forme.

Nous sommes les seules créatures à la surface de la terre capables de transformer notre biologie par ce que nous pensons et ce que nous ressentons.

Vos cellules surveillent constamment vos pensées et sont modifiées par eux.

Une crise de dépression déchire votre système immunitaire.

La joie et l’activité harmonieuse vous maintiennent en bonne santé et prolongent votre vie.

Le souvenir d’une situation négative ou triste libère en vous les mêmes hormones et substances biologiques destructrices que le stress.

Vos cellules traitent constamment toutes vos expériences et les métabolisent selon vos points de vue.

Dans votre corps, la production de neurotransmetteurs s’énerve, le niveau d’hormones varie, votre cycle de sommeil est interrompu, la surface externe de vos cellules devient plus visqueuse et plus susceptible de former des grumeaux et même vos larmes contiennent des traces chimiques différentes de celle des larmes de joie.

Savoir pleurer: 13 choses que vous ne savez pas sur les larmes | HuffPost  Québec Vivre

Tout ce profil biochimique sera drastiquement modifié lorsque vous vous sentez calme, et même votre processus de vieillissement sera neutralisé chaque jour.

Shakespeare n’était pas métaphorique quand à travers son personnage Prospero, il a dit : ′′ Nous sommes faits de la même matière que les rêves « .

Vous voulez savoir comment va votre corps aujourd’hui ? Alors souvenez-vous de ce que vous avez pensé et ressenti hier.

Vous voulez savoir comment sera votre corps demain ? Observez vos pensées et vos émotions aujourd’hui !

En ouvrant votre corps et votre esprit, vous empêcherez un chirurgien de le faire pour vous.

Souvenez-vous, nous ne sommes pas ce que nous croyons être, mais ce que nous pensons et ressentons sans le savoir.

Prenez soin de vos pensées, et par extension de votre corps

Mabelle

Apprenez vous des choses nouvelles ?

Résultat de recherche d'images pour "deux bucherons"

Deux bûcherons abattent des arbres dans la forêt. 

L’un donne des coups de haches, transpire, peste contre ce travail tuant qui n’avance guère.

L’autre abat les arbres les uns après les autres, tranquillement, sans se plaindre et sans sembler faire de gros efforts.

« Je ne comprends pas » dis le premier, « j’ai tellement de mal à abattre ces arbres »…
« Toi tout te semble facile. Comment fais-tu ? »

Le second répond :

« Écoutes, juste un conseil : si tu affûtais de temps en temps ta hache? »

Et vous, affûtez-vous de temps en temps votre hache ? En d’autres termes, apprenez-vous des choses nouvelles pour affûter votre esprit?

Bien amicalement,

Mabelle