Archives de catégorie : Actualités

Les crêpes de la Chandeleur

Bonjour,

Connaissez vous le rituel de la Chandeleur ? Vous savez, cette fête du 2 février où – mais qui s’en souvient de nos jours – l’on commémore le jour de la présentation de Jésus au temple.

Nos aînés se souviennent peut-être aussi de cette fête à cause du proverbe « A la Chandeleur, l’hiver meurt ou prend vigueur ». Je ne sais pas quelle est la météo chez vous, mais chez moi il est clair que l’hiver prend bien vigueur. A l’heure où je vous écris, le jardin est toujours bien blanc et les flocons continuent de tomber.

Mais il y a aussi cette coutume d’y faire sauter les crêpes, les fameuses crêpes de la Chandeleur. On raconte que c’est une tradition qui remonte au 5ème siècle. Vous connaissez l’histoire : tout l’art consiste à faire sauter les crêpes de la main droite en tenant une pièce d’or dans la main gauche afin de connaître la prospérité pendant toute l’année. Attention, il s’agit de faire en sorte que la crêpe atterrisse correctement dans la poêle. Pour que la magie opère, il y a ce risque et cette habileté : qui peut être sûr à 100% d’être capable de lancer la crêpe en l’air et de la faire retomber, retournée, dans la poêle ?

On pourrait se demander qui, aujourd’hui, serait assez riche pour posséder une pièce d’or à tenir dans sa main gauche ? Y aurait il quelqu’un d’assez riche pour cela et qui, en plus, rêverait de devenir encore plus riche ?

Mais si donc, pour 99% de gens, il n’y a pas de pièce d’or à tenir, qu’est ce qu’on aurait envie de tenir dans notre fameuse main gauche ? Qu’est ce qu’on pourrait souhaiter avoir davantage en 2019, grâce à la magie de la dextérité dans la cuisson des crêpes. Dans la main droite la poêle, mais que tenir serré dans la gauche ?

Les amoureux pourraient tenir la photo de leur être cher en espérant que les liens se renforceront. Le collectionneur pourra tenir un timbre poste ancien en rêvant d’en trouver bientôt beaucoup d’autres.

Et si nous cherchions pour nous-mêmes ? Quelle fécondité, quelle prospérité rêvons nous de recevoir dans les prochains mois ? A quoi tenons nous si fort que nous voudrions en être encore nourrie ? Mais qu’est ce qu’il nous faudrait ici, maintenant pour être heureux ? Pour une Chandeleur joyeuse et pleine d’espoir, celle-ci, rêvant d’avoir un enfant, pourrait tenir un jouet pour premier âge, celui là pourrait tenir un sachet de graines en pensant à un jardin flamboyant, ceux là tiendraient une bougie d’Amnesty en rêvant d’un monde sans procès injustes, d’autres encore pourraient avoir dans la main gauche une brique en imaginant acheter, agrandir ou restaurer la maison … et d’autres enfin ne voudraient rien avoir en mains, acceptant la vie comme elle vient, sans se faire des plans, prêts à accueillir l’instant présent, ses surprises et ouverts à l’inattendu.

Les crêpes à la Chandeleur : une occasion pour faire remonter nos rêves à la surface ! Ou tout simplement pour manger un bon goûter ou souper si vous préférez la version crêpes salées. Personnellement j’ai choisi le goûter !

Bon appétit

Mabelle

 

 

Bonne année 2019

Bonjour !

Comme toujours en début, tout le monde a l’habitude de se souhaiter le meilleur.

Je vous souhaite à mon tour une merveilleuse nouvelle année sous le signe de l’optimisme et du bonheur.

Si les ténèbres surgissent dans votre vie, trouvez le feu d’artifice qui lui donnera tout son sens en gardant à l’esprit que la nuit a aussi ses charmes que le jour ne peut offrir.
Voyez dans les difficultés la possibilité de provoquer l’inattendu qui vous rendra plus fort encore.

Sortez de vos éventuelles aigreurs qui ne font souffrir que vous, pardonnez, écoutez votre cœur, aimez sans attendre en retour. Mais surtout aimez-vous toujours en priorité et prenez soin de vous.

Tentez de devenir la meilleure version de vous-même.
Prenez des risques, quitte à vous tromper, à vous planter, l’important est d’en tirer les leçons qui s’imposent. Et ne prenez pas de résolutions par obligation sociale, si vous ne prenez aucune résolution, c’est parfait également.

N’abandonnez jamais, si vous y croyez fermement, le meilleur reste à venir !

Merveilleuse année
Mabelle

Au revoir 2018, bonjour 2019

Bonsoir,

Le décompte a commencé, dans quelques heures la dernière page de 2018 se tournera pour laisser la place à une nouvelle année. Je profite de ce moment pour vous remercier pour votre fidélité chers lectrices et lecteurs.

Certains d’entre vous me lisent depuis le début de mon premier blog (pour ceux qui sont arrivés plus tard, skynet a décidé de supprimer ce service et mon blog est disparu comme tant d’autres), et pour cela je voulais vous remercier du fond du coeur. Je souhate la bienvenue aux nouveaux venus.

Je suis sincèrement heureuse de pouvoir vous aider lorsque vous m’écrivez pour me parler librement de vos difficultés, de vos espoirs, de vos rêves.

Ce moment de l’année est toujours particulier : pour beaucoup ce sont les lumières, les cadeaux, les gens qu’ils aiment mais pour tant d’autres, vous courriers me le rappellent une fois encore, cette période de fêtes laisse leur coeur dans la peine. C’est surtout à vous que je pense, vous qui souffrez du manque de soutien, de compréhension, qui êtes malade ou seul. Pour avoir moi aussi connu des défis je comprends ce que vous traversez.

Je voudrais surtout que vous sachiez que, contrairement à ce que la plupart laissent paraître, la fin décembre est rarement ce moment merveilleux de partage, de joie, et d’amour. Si on regarde d’un peu plus près, on peut voir des critiques (claires ou sous-entendues), des remarques cinglantes, des moqueries, des phrases assassines, des hypocrisies grosses comme des montagnes. Hier encore, alors que j’attendais mon tour en grande surface, deux employées discutaient de leur réveillon de l’an. L’une d’elles disait qu’elle allait chez sa grand-mère, en famille. Ensuite elle a levé les yeux au ciel et fait la moue en ajoutant « tu vois comme je suis ravie d’y aller! »

Alors, pourquoi s’obliger à y aller dans ces conditions ? Vaut il mieux être seul en cette période ou accompagné de personnes qui n’ont aucune envie d’être là, qui feront peut-être l’effort de vous sourire,  mais dans la seconde qui suit, râleront ou médiront dans votre dos ? Personnellement je ne me pose pas la question.

Et au fait, pourquoi fêter le passage du 31 décembre au 1er janvier et pas celui du 31 janvier au 1er février ? Pourquoi ne pas fêter chaque jour de l’année ? Les autres mois n’en valent ils pas la peine eux aussi ? Je ne veux certes pas faire la rabat-joie mais je dois bien avouer que je trouve ça très commercial, et je n’ai pas vraiment envie de marcher dans cette consommation à outrance. Je trouve inadmissible que, pour acheter des cadeaux, certains fassent des crédits qu’il leur faudra six mois pour rembourser. Serait-ce moi qui deviens vieille que j’ai la nostalgie des fins d’année où on se réunissait avec les voisins pour un repas simple en toute amitié, suivi de jeux de société ? Et, si cadeau il y avait, il s’agissait d’une gaufre faite maison, une photo, ou le bricolage d’un enfant. Cela me paraissait tellement plus sain que la frénésie actuelle, la course aux mets bien chers, aux cadeaux dernier cri et hors de prix. Dans quelques jours la vie reprendra son cours normal, chacun rentrera chez lui pour râler sur le cadeau reçu, pour se moquer de la nouvelle coupe de cheveu du cousin, du nouveau copain de la tata, et puis ils oublieront jusqu’à l’an prochain où le prochain repas de famille sera sans doute encore une corvée. J’ai choisi de ne pas participer à ce genre de « fête », c’est mon choix, et chacun fait ce que bon lui semble. Si vous êtes en excellents termes avec tous les membres de votre famille, que ce sont des personnes bienveillantes et charmantes (comme il en existe finalement bien peu) je vous souhaite de vivre de bons moments de partage. Si vous préférez rester loin de tout ce remue-ménage, c’est parfait également. Le principal n’est-il pas de rester soi-même en toutes circonstances ?

En 2019 je continuerai à partager avec vous mes astuces, mes découvertes, mes coups de cœur pour améliorer le quotidien (oui, je vais essayer d’être plus régulière dans mes écrits) en espérant qu’ils pourront vous accompagner vers une vie plus belle. Je sais que vous pouvez arriver à accomplir les rêves qui vous portent, vous pouvez le faire ! Ne renoncez pas. Même dans les heures les plus sombres, l’aube n’est jamais loin.

Je vous souhaite une merveilleuse année de changement, vécue dans la conscience de l’amour, la santé, et la réalisation de vos rêves et espérances, et surtout de la personne magnifique que vous êtes.

Je vous souhaite de découvrir votre Ikigai qui vous permettra de déplacer des montagnes.

Je vous souhaite une année remplie de personnes authentiques et de partages sincères avec qui construire un monde meilleur.

Mabelle

Choisir le soleil

Bonjour,

J’imagine que, tout comme moi vous préférez le soleil au brouillard et à la pluie.

En 1969, John Green, un australien, avait une bien curieuse habitude. Sa secrétaire avait pour mission, tous les matins, de lui dire  » Aujourd’hui il fait beau! « 

Un de ses ami lui demanda la signification de cette déclaration.

Voici sa réponse : « S’il fait beau, c’est bien de s’en réjouir. S’il fait mauvais, c’est bien de penser qu’au même moment, à un autre endroit de la terre il fait beau, et qu’au-dessus de la couche des nuages, il fait beau.

On se laisse trop facilement altérer par le temps. C’est comme lorsqu’on se laisse impressionner par les mauvaises nouvelles de la télé (personnellement je n’ai pas de télévision, mais ça ne m’empêche pas d’entendre les mauvaises nouvelles à la caisse d’un magasin, ou ailleurs car les gens parlent plus souvent de ce qui va mal que de ce qui va bien).

Il y a des mauvaises nouvelles, mais tellement de bonnes nouvelles

Notre esprit est comme une caméra vidéo. On peut le diriger vers un endroit ou vers un autre. Prendre un détail et l’agrandir ou prendre la totalité du paysage.

C’est notre choix.

J’ai choisi aujourd’hui de diriger mon esprit vers le soleil, même si je ne le vois pas à cause des nuages. Je sais qu’il est là. »

Pensez que le soleil, même si vous ne le voyez pas, est là.

Pensez que la réussite et l’épanouissement sont là, même si vous ne voyez pas encore leurs manifestations, ils sont là.

Pensez que l’amour de ceux qui comptent pour vous, même s’il n’apparaît pas, est là.

Vous aussi, Choisissez de voir le soleil là où les autres ne voient qu’un temps maussade.

Et vivez un merveilleux Noël entouré des personnes que vous aimez.

Mabelle

La gentillesse rimerait elle avec la faiblesse ?

Bonjour, j’espère que vous allez merveilleusement bien

Suite à une réflexion entendue hier par une cliente à qui la vendeuse annonçait que le 13 novembre est la journée de la gentillesse, et à la discussion qui en a suivi, je m’aperçois que pour beaucoup la gentillesse n’est pas une qualificatif positif. Les deux mots gentillesse et faiblesse riment bien sûr, mais c’est tout ce qu’ils ont en commun.  Il est vrai que nous avons tous déjà entendu quelqu’un dire « Il bien gentil », avec un petit « mais » non dit mais bien sous entendu. Cette phrase n’est effectivement pas toujours un compliment pour ceux qui la reçoivent. Il est gentil mais il est con, il est gentil mais il faut s’en méfier, il est gentil mais la réalité c’est qu’il ne sait pas dire non, …

Selon le Larousse, quelle est donc la signification réelle de ce mot ? « Grâce, agrément : « la gentillesse d’un enfant », action, parole aimable et gracieuse. « Cet enfant dit mille gentillesses ».

Une définition plutôt charmante, il s’agit de faire gratuitement quelque chose d’aimable, ce n’est en aucun cas synonyme de faiblesse. Il s’agit donc de rendre à ce mot toute sa valeur.

Un sourire, un merci, accorder deux minutes de son temps, faire preuve de sympathie, tous ces gestes, mots et attentions qui améliorent notre quotidien sont à tort considérés comme de la faiblesse. Ne serais ce pas plutôt simplement de la politesse (tiens, ça rime aussi), ou du respect ?

Alors, ce 13 novembre, journée mondiale de la gentillesse, quelle sera votre contribution à un monde plus gentil ? Offrirez un sourire chaleureux ? Ca ne coûte rien et ça rend heureux autant celui qui le donne que celui qui le reçoit. Apporterez vous une tasse de café à votre collègue ? Céderez vous votre place à cette maman visiblement pressée ou tiendrez vous la porte à cette vieille dame qui a du mal à conduire son caddy au supermarché ?

La liste est aussi longue que peut l’être votre imagination !

Moi aussi j’ai décidé d’être gentille aujourd’hui et de vous offrir une séance de Bars ou de processus corporel Access (rendez-vous à fixer à mon domicile selon nos agendas respectifs). En contrepartie, je vous demande de raconter en quelques lignes un geste gentil que vous avez reçu, un événement positif qui vous a apporté du bonheur ou tout simplement ce que vous avez décidé de faire à cette occasion de la journée de la gentillesse. Cette année ou dans le passé, peu importe.

Et puis comme je trouve que la gentillesse ne devrait pas avoir sa journée sur l’année, mais être un comportement à adopter 365 jours par an, peu importe quand vous avec reçu ou fait ce geste de gentillesse simplement partagez le nous !

Laissez libre court à vos souvenirs et à votre créativité. C’est toujours très bénéfique de se remémorer les bons moments.  L’heureux(se) gagnant(e) sera désigné(e) au sort dimanche prochain (pas selon ses écrits, je procéderai à un tirage au sort car je ne veux pas avantager les personnes qui ont l’écriture facile, tout le monde a ses chances).

A vos claviers et bonne chance!

Et parce que plus on apprend les choses tôt dans la vie, plus elles sont ancrées en nous, deux petits livres pour enfants :

Merveilleuse journée à tous

Mabelle

RGPD

Bonjour,

Le règlement européen sur la protection des données (RGPD) est entré en vigueur le 25 mai dernier, et fournit une base juridique uniforme pour la protection des données dans toute l’Europe.

Ce qui change ? Eh bien en réalité, pour Etre soi-e, rien du tout ! Comme cela était déjà le cas avant, j’ai toujours tenu au respect de la vie privée de chacun : il a toujours été possible de se désinscrire. Depuis la création de ce blog, je me suis toujours engagée à ne jamais transmettre ou vendre les données des personnes qui me contactaient par mail ou via les commentaires ou qui s’inscrivaient à ma newsletter. Et cela continuera d’être ma ligne de conduite. J’ai d’ailleurs été étonnée du nombre de demandes d’achat de ma liste de contacts et j’imagine que ce genre de demande ne devrait plus avoir lieu désormais.

Malgré mes recherches, je n’ai toujours pas compris si ce règlement était également valable pour les blogs puis lorsque je suis allée faire des courses dans un magasin bio dans lequel je ne vais pas très souvent mais dont j’ai une carte de fidélité, on m’a demandé si j’étais ok pour que mes nom, prénom et adresse soient conservés dans leur ordinateur. J’en ai conclu que ce règlement est valable pour toute personne détenant certaines données appartenant à autrui.

Pour être en ordre j’ai ajouté des Mentions Légales que vous pouvez consulter à votre guise. Vous pouvez bien évidemment, comme par le passé, annuler à tout moment votre abonnement à la newsletter donc pas de réel changement en ce qui concerne ce règlement dont on a beaucoup parlé sans réellement fournir des informations claires (en tous cas, à mes yeux).
Pour plus d’informations, n’hésitez pas à me contacter mabelle-@hotmail.be.

Prenez soin de vous

Mabelle

Révélez le cadeau que vous êtes vraiment

Bonjour, vous allez bien ?

J’aime beaucoup le programme 1234 de Bernard Canavy. Au total, il vous proposera plus de 20 thématiques de formation, dans des domaines variés, mais tous centrés sur le bien-être et la santé.

Le prochain webinaire qu’il propose, jeudi 15 février, est consacré à l’hypnose. L’hypnose permet de transformer vos peurs, vos colères et vos poids en élan vital, grâce aux ressources qui sommeillent en vous.
Réservez votre place ici : http://www.myhippocrate.net/pc-webinaire-hypnose?aff=5a202b&cpg=5a5336

Ce webinaire sera animé par Guillaume Andreux, praticien d’une auto-hypnose facile et intuitive. Il vous proposera en live de vivre l’expérience de l’hypnose pour changer vos obstacles en tremplins.

Il ne sera donc pas question de manipulation comme on peut le voir dans les shows télévisés qui pourrait faire perdre tout contrôle, au contraire, vous aurez plus de contrôle sur vos mécanismes intérieurs pour devenir la meilleure version de vous même.

Pendant 1h30, Guillaume va vous expliquer très simplement :

  • Comment votre inconscient a le pouvoir de créer vos problèmes et vos solutions
  • Pourquoi l’hypnose est un moyen puissant de vous auto-influencer à devenir meilleur(e) et non pas de vous manipuler
  • La différence entre une hypnose intuitive, hypnose de spectacle ou encore hypnose spirituelle
  • Comment renforcer votre imagination, votre ressenti et votre langage intérieur pour rendre cohérente votre histoire
  • Comment exploiter vos propres pouvoirs pour redevenir vous-même et changer ce qui vous empêche d’accéder au meilleur de vous
  • Comment percevoir vos sens, trouver vos solutions et créer la réalité qui vous convient vraiment

Je suis impatiente de vous retrouver pour cette conférence dans laquelle Guilaume nous démontrera que “L’auto-hypnose n’est pas un état de perte de conscience, mais une hyperconscience de vos possibilités”

A jeudi

Mabelle

Défi un mois sans alcool

Bonjour,

Comment allez vous ?

Je vous propose un petit défi ce matin. Mais peut-être y participez vous déjà puisqu’il a commencé le 1er février. Je partage malgré tout pour ceux qui auraient zappé l’information, et pour le rappeler à ceux qui ont hésité à participer ou non.

De quoi s’agit il ? simplement de ne pas consommer d’alcool durant un mois.

Même si vous buvez raisonnablement, vous pouvez ressentir les bénéfices d’un mois sans alcool, notamment un meilleur sommeil, plus d’énergie, une plus belle peau … Mais ce ne sont là que quelques avantages parmi d’autres, dont vous bénéficierez en participant à la tournée minérale, un défi d’un mois sans alcool. .

Je vous avoue très franchement que, pour moi, ce n’est pas réellement un défi, pour la simple raison que je ne bois jamais d’alcool. Croyez moi qu’après avoir eu un père alcoolique qui s’est complètement démoli avec son addiction, sans compter les dégâts qu’il a pu faire autour de lui, je n’ai jamais eu l’envie de toucher à un verre.

Sur le plan de la santé physique, l’alcool cause des dommages et des lésions extrêmement graves, souvent irréversibles. Il est impliqué dans une cinquantaine de pathologies. Il n’y a que peu d’organes qui ne soient pas touchés par sa consommation, le cerveau et le système nerveux en premier.
Il s’attaque aux membranes des cellules, perturbe les informations entre les neurones, ralenti l’activité du cerveau et, à  long terme, entraîne confusion, pertes de mémoire, troubles des réflexes, altération du jugement et problèmes de comportement. Par ailleurs, les gens qui boivent trop se nourrissent souvent peu et mal, ce qui provoque une carence en vitamines essentielles aux cellules cérébrales.

Le foie, qui filtre la plus grande partie de l’alcool qui circule dans le sang, souffre énormément, il accumule la graisse, et parfois fini par s’atrophier, ce qui provoque bien évidemment une accumulation de toxines. Il ne fonctionne plus correctement, la destruction progressive de ses cellules, et leur remplacement par du tissu fibreux sont la suite logique, soit la cirrhose, une maladie chronique et irréversible. Puis l’une des complications de la cirrhose est le cancer du foie. Mon père devait avoir un foie solide, car il a échappé à la cirrhose. Par contre il n’a pas échappé au cancer, auquel les alcooliques sont davantage exposés que les personnes ne consommant pas d’alcool.

Oui, je sais que toute personne qui boit un verre n’est pas alcoolique pour la cause et que mes traumatismes d’enfance ont tendance à me faire voir l’alcool comme un puissant danger.

Mais tout de même, l’alcoolisme est une maladie qui progresse et ne régresse jamais. Et, en dehors de mes souvenirs familiaux, j’ai pu voir des personnes qui sont devenues des alcooliques mondains et enfin des alcooliques tout court. A force de boire un verre plusieurs fois par semaine lors de sorties professionnelles (restos, cocktails, …) ils ne se sont même pas rendu compte qu’ils devenaient dépendants. La consommation prolongée dans le temps a fini par transformer le plaisir en besoin , le bien-être transitoire en mal-être somatique et psychique. Ils ont perdu toute liberté de décision, toute possibilité d’user ou non de l’alcool.

Personnellement, si je regarde les conséquences de l’alcool sur la santé physique et mentale, et sur la vie familiale, je pense qu’il peut être considéré comme une drogue dure dont l’usage est cependant licite. Il est triste de constater que pour la plupart d’entre nous, au contraire des drogues dures classiques, l’alcool est un produit dont l’usage convivial et récréatif est inscrit dans le patrimoine culturel et social.

En plus d’être préjudiciable pour le consommateur lui-même,  l’alcool l’est également pour son entourage. Il est responsable de dommages sociaux et affectifs (infractions à la loi, violences familiales). En effet il est un facteur d’agressivité et serait responsable de 50 % des rixes, de 50 à 60 % des actes de criminalité et de 20 % des délits.

Et une étude de l’OMS suggère que un décès sur dix en Europe est imputable à l’abus d’alcool. La baisse de la vigilance est à l’origine de comportements à risque. Après un verre, le risque d’accident de la route ou de la vie courante est multiplié par trois, après trois verres, par dix. Ainsi, l’ivresse est associée à 40 % des décès de la circulation,  40% des chutes, 50% des homicides, 64 % des incendies et brûlures, 48 % des hypothermies. Oui, finalement ce n’est pas le cancer qui a emporté mon père, il lui a seulement pris un poumon et demi, mais il est mort gelé sur le seuil de son appartement dont il ne trouvait plus la clé !

Alors, bien sûr, si vous buvez seulement un verre de temps à autre vous ne deviendrez peut-être jamais alcoolique, mais dans ce cas, cela sera simple pour vous de participer au défi.

Par contre, si cela vous paraît vraiment compliqué, peut-être faut-il commencer à vous poser des questions au sujet de votre relation à l’alcool et de son pouvoir destructeur, avant qu’il ne soit trop tard et que vous en soyez devenu l’esclave.

Alors, prêt à participer au défi  et à découvrir l’impact positif sur votre privée et professionnelle ?

Mabelle