Une histoire de pardon

Un père et son fils vivaient en parfaite harmonie, et profitaient paisiblement du rendement de leurs champs et de leurs troupeaux. Ils vivaient côte à côte, travaillaient ensemble et partageaient le fruit de leur récolte d’un commun accord. Puis suite à un petit malentendu, une disharmonie s’installa. Les accusations mutuelles n’arrêtaient pas.

Au fur et à mesure, un fossé de plus en plus profond se creusait entre eux, jusqu’à ce qu’une violente dispute éclata. Désormais, ils évitaient tout contact et ni l’un, ni l’autre ne s’échangeaient plus un seul mot.

Un jour, quelqu’un frappa à la porte du fils. C’était un homme à la recherche d’un emploi.

« Serait-ce possible de faire des petits travaux de réparation chez vous ? »

« J’aurais bien un travail pour vous, répondit le fils. De l’autre côté du ruisseau se trouve la maison de mon père. Il y a quelque temps, il m’a beaucoup insulté. Je veux lui prouver que je peux vivre sans lui.

Il y a une vieille ruine derrière ma propriété et vous trouverez un gros tas de pierres. Je veux que vous l’utilisiez pour construire un mur de deux mètres de haut entre sa propriété et la mienne.

Alors je serai sûr que je n’aurais plus à revoir mon père. »

« Je comprends », répondit l’homme.

Puis le fils partit en voyage pendant deux semaines. Quand il rentra chez lui, l’homme avait fini son travail. Quelle surprise pour le fils ! Il ne s’attendait pas à cela. Parce qu’au lieu du mur, l’homme avait construit un beau pont.

Puis le père sortit de sa maison, courut sur le pont et prit son fils dans ses bras.

« Ce que tu as fait est tout simplement merveilleux ! Tu as fait construire un pont malgré le fait que je t’ai dit des propos blessants !

Je suis fier de toi, et je suis vraiment désolé. »

Pendant que le père et le fils célébraient leur réconciliation, l’homme nettoyait ses outils et se préparait à poursuivre sa route.

« Pourquoi ne pas rester avec nous ?», lui demandèrent le père et le fils, «Nous aurions encore beaucoup de travail pour vous ici. »

Mais l’homme leur répondit avec un sourire. « J’aimerais bien rester avec vous, mais j’ai encore beaucoup de ponts à construire ailleurs…»

(source inconnue)

Dis moi

Bonjour,

Dis moi, ce matin as-tu ralenti le pas en sortant de chez toi ?

As-tu pris le temps d’apprécier la douceur de l’air devant ta fenêtre ouverte, ou dehors ?

As-tu pris conscience de la chance que tu as d’être en bonne santé ?

Pas encore ? Alors passe vite à l’action ! Prends conscience de chaque détail de ta vie.

Prends le temps de faire ce qui est vraiment important, te retrouver, et retrouver ta vie.

Prends le temps d’apprécier chaque moment de la vie, que ça soit avec ton entourage ou toi-même.

Prends le temps de vivre ta vie, et profites-en à chaque instant

Mabelle

Parce que je le vaux bien

Bonjour, comment ça va ?

Même moi qui ne regarde plus la télévision depuis bien longtemps, je la connais, donc vous connaissez forcément cette pub de l’Oréal n’est-ce pas ? Elle termine toujours par « parce que je le vaux bien ! ». J’adore cette phrase !

J’ai encore rencontré hier, et je rencontre souvent tellement de personnes qui pensent qu’elles ne le valent pas. Oui elles pensent valoir bien moins qu’elles valent en réalité, voire purement et simplement n’avoir aucune valeur.

Ce sont pourtant des personnes talentueuses, courageuses, mais qui ont si peu d’estime de leurs qualités, et d’elles mêmes qu’elles sont convaincues ne pas avoir droit à un tas de choses dans la vie. Quel dommage, pour elles, et pour les autres qu’elles privent de leurs compétences par la même occasion.

En effet, lorsque vous avez à votre disposition un talent, un service ou un produit qui peut apporter quelque chose à d’autres, c’est réellement dommage de ne pas leur faire savoir.

Faites vous partie de ces personnes ?

Etes vous un artiste, savez vous réaliser de jolies choses que vous cachez au fond de votre grenier ? Ecrivez vous de magnifiques phrases enfermées dans un vieux cahier ?
Connaissez des choses géniales que tant de monde demande à savoir mais que vous taisez parce que vous trouvez que cela n’a aucune valeur, que vous n’avez aucune valeur ?

Stop, arrêtez ça tout de suite. Vous êtes quelqu’un d’inestimable sur cette terre, et vous pouvez être une contribution pour les autres en étant qui vous êtes. Vous êtes quelqu’un d’unique, et cela fait votre richesse. Vous le valez bien, bien plus que vous pouvez l’imaginer.

Vous savez tapisser, repasser, tondre une pelouse, planter un clou, lire une histoire à un enfant, recoudre un bouton, écouter la tristesse d’une amie, rédiger une page sans faire de fautes, courir une demi heure deux fois par semaine, vous rendre au bon endroit sans vous perdre et sans l’aide d’un GPS ou faire une tarte tatin ?

Croyez moi, bien peu de monde sait faire ce que vous savez faire.  Je vous avoue sans la moindre honte que je serais notamment bien incapable de faire une tarte tatin et que si vous en êtes capable je vous admire réellement.

En fait, vous faites cela avec une telle facilité que vous trouvez que c’est « normal » et vous n’y accordez aucune valeur. Mais cela est une erreur car très peu de personnes sauraient en faire autant. Ce que vous faites, même ces choses qui vous paraissent insignifiantes  ont beaucoup de valeur pour d’autres. Et, vous aussi vous avez de la valeur. Il n’est pas nécessaire d’être astronaute ou funambule de parler 12 langues, ou d’avoir un don peu courant pour avoir de la valeur. Vous êtes vous, unique, et vous avez énormément de valeur.

Et si vous décidiez maintenant de le reconnaître, et de faire une différence aujourd’hui ?

Mabelle

Celui qui ne projette aucune ombre

Dans la Perse antique, il était d’usage chez les adolescents bien nés de rechercher un maître de sagesse. Bien évidemment, certains de ces maîtres avaient plus de prestige que d’autres. Mais il en était un qui faisait rêver tous les adolescents. Ils le nommaient : “Celui qui ne projette aucune ombre”.

Un groupe de quatre jeunes hommes décidèrent d’aller suivre l’enseignement de ce sage. Ils partirent plein d’espoirs, de rêves et d’images de miracles éblouissants. Ils apercevaient déjà l’être lumineux qui leur délivrerait les secrets de l’univers.
Quelle ne fut pas leur déception quand ils arrivèrent devant une modeste chaumière et furent accueillis par un homme tout simple, dont les forces déclinaient. Et cet homme avait une ombre… qui le suivait partout !

Il était cependant très accueillant et les jeunes hommes décidèrent de passer la nuit chez lui pour prendre du repos… envisageant de repartir le lendemain pour chercher un autre maître.

Au cours du dîner, le sage leur dit :

Vous avez sans doute entendu des tas d’inepties à mon sujet. Attention à ne pas croire tout ce que disent les gens. Ils ont besoin de miracles, ils font des raccourcis pour expliquer les choses… si bien qu’à la fin, ce qu’ils racontent apparaît effectivement sous la forme de miracles.
Vous comprendrez lors de votre apprentissage que nous pouvons soigner, nous pouvons déplacer des montagnes, nous pouvons détourner le cours d’un fleuve ou infléchir l’esprit de l’homme le plus cruel qui soit. Mais il est une condition pour cela : cela doit être en accord avec les plans de l’univers.

Les adolescents s’endormirent sur ces paroles qu’ils comprenaient mal. Comment savoir si une chose est en accord ou pas avec l’univers ?

Le lendemain matin, alors qu’ils discutaient entre eux dans le jardin, un homme couvert d’eczéma vint trouver le Maître pour qu’il le guérisse.
Le Maître s’assit avec lui et ils parlèrent. Au fil de cette longue conversation, le visage du malade se transformait. Il devenait de plus en plus lumineux et souriant, comme s’il ouvrait quelque chose en lui. Il partit enfin et revint quelques minutes après en criant de joie : il était guéri. Et de fait, sa peau était soudain saine et belle comme celle d’un bébé.

Le groupe d’adolescents vint alors presser le Maître de questions pour comprendre comment il avait fait cela. Tout d’un coup, ils n’avaient plus du tout envie de repartir tant leur curiosité était éveillée.
Le Maître leur expliqua qu’il avait simplement effacé l’ombre du passé chez cet homme et qu’il lui avait expliqué comment vivre sa vie. Son âme avait accepté d’écouter et de se transformer, ce qui avait généré cette guérison.

C’est ainsi que les jeunes gens devinrent les disciples du vieil homme. Ils apprirent à voir les causes et les effets des évènements. Ils apprirent à distinguer ce qui est juste. Ils apprirent à écouter leur coeur. Ils apprirent l’Amour inconditionnel. Ils apprirent enfin à lire la volonté de l’univers et des âmes. Puis ils partirent enseigner dans le monde.

Quelques années plus tard, sans s’être concertés, ils décidèrent de rendre visite à leur Maître et ils arrivèrent… le même jour !
Comme lors de leur première rencontre, le vieil homme se tenait sur le seuil de sa porte pour les accueillir. Rien ne semblait avoir changé… presque rien… si ce n’est qu’ils virent tous les quatre le vieil homme enveloppé d’un halo de lumière. Ils ne pouvaient voir aucune ombre à côté de lui.
Maintenant, enfin, ils pouvaient voir cela. Maintenant, ils comprenaient le sens du surnom de leur Maître : à leurs yeux, il était vraiment devenu “Celui qui ne projette aucune ombre”.

~~~~~~~~~~~~~~~~

On ne voit que ce qu’on est prêt à voir, dit–on… C’est peut-être là que se cache le vrai miracle.
En effet, si de jour en jour vous voyez des choses différentes dans une situation, ça signifie que vous évoluez. Et qu’il vous reste encore des tas de choses à découvrir… C’est un peu comme si vous touchiez du doigt l’infini. Et comme si votre vie s’ouvrait sur une dimension supplémentaire… celle des capacités de votre esprit !

Je vous souhaite une semaine radieuse et pleine d’amour

Mabelle

Bonne année 2019

Bonjour !

Comme toujours en début, tout le monde a l’habitude de se souhaiter le meilleur.

Je vous souhaite à mon tour une merveilleuse nouvelle année sous le signe de l’optimisme et du bonheur.

Si les ténèbres surgissent dans votre vie, trouvez le feu d’artifice qui lui donnera tout son sens en gardant à l’esprit que la nuit a aussi ses charmes que le jour ne peut offrir.
Voyez dans les difficultés la possibilité de provoquer l’inattendu qui vous rendra plus fort encore.

Sortez de vos éventuelles aigreurs qui ne font souffrir que vous, pardonnez, écoutez votre cœur, aimez sans attendre en retour. Mais surtout aimez-vous toujours en priorité et prenez soin de vous.

Tentez de devenir la meilleure version de vous-même.
Prenez des risques, quitte à vous tromper, à vous planter, l’important est d’en tirer les leçons qui s’imposent. Et ne prenez pas de résolutions par obligation sociale, si vous ne prenez aucune résolution, c’est parfait également.

N’abandonnez jamais, si vous y croyez fermement, le meilleur reste à venir !

Merveilleuse année
Mabelle

Au revoir 2018, bonjour 2019

Bonsoir,

Le décompte a commencé, dans quelques heures la dernière page de 2018 se tournera pour laisser la place à une nouvelle année. Je profite de ce moment pour vous remercier pour votre fidélité chers lectrices et lecteurs.

Certains d’entre vous me lisent depuis le début de mon premier blog (pour ceux qui sont arrivés plus tard, skynet a décidé de supprimer ce service et mon blog est disparu comme tant d’autres), et pour cela je voulais vous remercier du fond du coeur. Je souhate la bienvenue aux nouveaux venus.

Je suis sincèrement heureuse de pouvoir vous aider lorsque vous m’écrivez pour me parler librement de vos difficultés, de vos espoirs, de vos rêves.

Ce moment de l’année est toujours particulier : pour beaucoup ce sont les lumières, les cadeaux, les gens qu’ils aiment mais pour tant d’autres, vous courriers me le rappellent une fois encore, cette période de fêtes laisse leur coeur dans la peine. C’est surtout à vous que je pense, vous qui souffrez du manque de soutien, de compréhension, qui êtes malade ou seul. Pour avoir moi aussi connu des défis je comprends ce que vous traversez.

Je voudrais surtout que vous sachiez que, contrairement à ce que la plupart laissent paraître, la fin décembre est rarement ce moment merveilleux de partage, de joie, et d’amour. Si on regarde d’un peu plus près, on peut voir des critiques (claires ou sous-entendues), des remarques cinglantes, des moqueries, des phrases assassines, des hypocrisies grosses comme des montagnes. Hier encore, alors que j’attendais mon tour en grande surface, deux employées discutaient de leur réveillon de l’an. L’une d’elles disait qu’elle allait chez sa grand-mère, en famille. Ensuite elle a levé les yeux au ciel et fait la moue en ajoutant « tu vois comme je suis ravie d’y aller! »

Alors, pourquoi s’obliger à y aller dans ces conditions ? Vaut il mieux être seul en cette période ou accompagné de personnes qui n’ont aucune envie d’être là, qui feront peut-être l’effort de vous sourire,  mais dans la seconde qui suit, râleront ou médiront dans votre dos ? Personnellement je ne me pose pas la question.

Et au fait, pourquoi fêter le passage du 31 décembre au 1er janvier et pas celui du 31 janvier au 1er février ? Pourquoi ne pas fêter chaque jour de l’année ? Les autres mois n’en valent ils pas la peine eux aussi ? Je ne veux certes pas faire la rabat-joie mais je dois bien avouer que je trouve ça très commercial, et je n’ai pas vraiment envie de marcher dans cette consommation à outrance. Je trouve inadmissible que, pour acheter des cadeaux, certains fassent des crédits qu’il leur faudra six mois pour rembourser. Serait-ce moi qui deviens vieille que j’ai la nostalgie des fins d’année où on se réunissait avec les voisins pour un repas simple en toute amitié, suivi de jeux de société ? Et, si cadeau il y avait, il s’agissait d’une gaufre faite maison, une photo, ou le bricolage d’un enfant. Cela me paraissait tellement plus sain que la frénésie actuelle, la course aux mets bien chers, aux cadeaux dernier cri et hors de prix. Dans quelques jours la vie reprendra son cours normal, chacun rentrera chez lui pour râler sur le cadeau reçu, pour se moquer de la nouvelle coupe de cheveu du cousin, du nouveau copain de la tata, et puis ils oublieront jusqu’à l’an prochain où le prochain repas de famille sera sans doute encore une corvée. J’ai choisi de ne pas participer à ce genre de « fête », c’est mon choix, et chacun fait ce que bon lui semble. Si vous êtes en excellents termes avec tous les membres de votre famille, que ce sont des personnes bienveillantes et charmantes (comme il en existe finalement bien peu) je vous souhaite de vivre de bons moments de partage. Si vous préférez rester loin de tout ce remue-ménage, c’est parfait également. Le principal n’est-il pas de rester soi-même en toutes circonstances ?

En 2019 je continuerai à partager avec vous mes astuces, mes découvertes, mes coups de cœur pour améliorer le quotidien (oui, je vais essayer d’être plus régulière dans mes écrits) en espérant qu’ils pourront vous accompagner vers une vie plus belle. Je sais que vous pouvez arriver à accomplir les rêves qui vous portent, vous pouvez le faire ! Ne renoncez pas. Même dans les heures les plus sombres, l’aube n’est jamais loin.

Je vous souhaite une merveilleuse année de changement, vécue dans la conscience de l’amour, la santé, et la réalisation de vos rêves et espérances, et surtout de la personne magnifique que vous êtes.

Je vous souhaite de découvrir votre Ikigai qui vous permettra de déplacer des montagnes.

Je vous souhaite une année remplie de personnes authentiques et de partages sincères avec qui construire un monde meilleur.

Mabelle

Choisir le soleil

Bonjour,

J’imagine que, tout comme moi vous préférez le soleil au brouillard et à la pluie.

En 1969, John Green, un australien, avait une bien curieuse habitude. Sa secrétaire avait pour mission, tous les matins, de lui dire  » Aujourd’hui il fait beau! « 

Un de ses ami lui demanda la signification de cette déclaration.

Voici sa réponse : « S’il fait beau, c’est bien de s’en réjouir. S’il fait mauvais, c’est bien de penser qu’au même moment, à un autre endroit de la terre il fait beau, et qu’au-dessus de la couche des nuages, il fait beau.

On se laisse trop facilement altérer par le temps. C’est comme lorsqu’on se laisse impressionner par les mauvaises nouvelles de la télé (personnellement je n’ai pas de télévision, mais ça ne m’empêche pas d’entendre les mauvaises nouvelles à la caisse d’un magasin, ou ailleurs car les gens parlent plus souvent de ce qui va mal que de ce qui va bien).

Il y a des mauvaises nouvelles, mais tellement de bonnes nouvelles

Notre esprit est comme une caméra vidéo. On peut le diriger vers un endroit ou vers un autre. Prendre un détail et l’agrandir ou prendre la totalité du paysage.

C’est notre choix.

J’ai choisi aujourd’hui de diriger mon esprit vers le soleil, même si je ne le vois pas à cause des nuages. Je sais qu’il est là. »

Pensez que le soleil, même si vous ne le voyez pas, est là.

Pensez que la réussite et l’épanouissement sont là, même si vous ne voyez pas encore leurs manifestations, ils sont là.

Pensez que l’amour de ceux qui comptent pour vous, même s’il n’apparaît pas, est là.

Vous aussi, Choisissez de voir le soleil là où les autres ne voient qu’un temps maussade.

Et vivez un merveilleux Noël entouré des personnes que vous aimez.

Mabelle

Etre acteur de sa vie, être soi en pleine conscience