Archives de catégorie : Textes à méditer

Imaginez

Résultat de recherche d'images pour "libre"

Imaginez une seconde que vous n’êtes plus l’otage de vos peurs, que vous acceptez les vertiges de vos contradictions.

Imaginez que vos désirs gouvernent désormais votre existence, que vous avez réappris à jouer, à vous couler dans l’instant présent.

Imaginez que vous savez tout à coup être légèr(e) sans jamais être frivole.

Imaginez que vous êtes résolument libre, que vous avez rompu avec le rôle asphyxiant que vous croyez devoir vous imposer en société. Vous avez quitté toute crainte d’être jugé.

Imaginez que votre besoin de faire vivre tous les personnages imprévisibles qui sommeillent en vous soit enfin à l’ordre du jour.

Imaginez que votre capacité d’émerveillement soit intacte, qu’un appétit neuf, virulent, éveille en vous mille désirs engourdis et autant d’espérances inassouvies.

Imaginez que vous allez devenir assez sage pour être enfin imprudent.

Imaginez que la traversée de vos gouffres ne vous inspire plus que de la joie !!!

Alexandre Jardin

Oser être heureux

Bonjour, j’espère que vous êtes en pleine forme

Ce matin je vous partage un petit texte de Jacques Salomé

Oser être heureux c’est accepter de l’être tout de suite.

Oui ! sans conditions, à l’aube de chaque instant, en étant capable d’accueillir simplement l’inouï du présent.

Être heureux c’est savoir entrer dans le fragile et l’éphémère de l’événement, de s’accorder avec lui dans le meilleur de ce qu’il recèle.

Etre heureux c’est être à la fois le réceptacle et le don dans l’immédiateté d’un regard, l’intensité d’une intention, la liberté d’un geste.

La clef du bien-être ne doit pas être confondue avec la recherche du bonheur, elle est dans l’acceptation inconditionnelle du meilleur de soi dans la rencontre avec le meilleur de l’autre.

Quand je sais dire oui ou non, sans me blesser ou me culpabiliser.

Quand je sais entendre et recevoir le oui ou le non de l’autre comme étant bien le sien.

Quand je sais sans réticence accepter mes possibles et me différencier de ceux de l’autre.

Quand je sais me respecter et me définir face aux valeurs et croyances parfois si éloignées des miennes.

Un bonheur se reçoit et s’amplifie dans l’imprévu d’une rencontre, dans le rire d’un partage, dans l’étonnement d’un abandon.

Quand je cherche à l’emprisonner dans la répétition ou l’exigence, il se dérobe et se perd à jamais.

Prenez soin de vous et soyez heureux

Mabelle

Vous méritez le meilleur

Bonjour,

J’espère que vous êtes en pleine forme.

Je vous partage ce matin un petit texte que je trouve très beau, mais dont je ne connais pas l’auteur, s’il veut se faire connaître j’en serai ravie.

Prenez soin de vous

Mabelle

Lorsqu’une porte se ferme dans votre vie, l’univers entier s’ouvre pour vous.

Notre vie est en constante évolution, personne ne vit toujours la même vie. Et nous devons nous adapter à ces changements si nous souhaitons continuer notre évolution et notre transformation.

Il peut être difficile de faire face à des portes qui se ferment dans la vie, en particulier lorsque nous ne nous y attendons pas. Aujourd’hui, nous pouvons vivre une très belle histoire d’amour, avoir des amis très fidèles et un travail stable où nous nous épanouissons, et demain nous pouvons tout perdre soudainement et devoir tout recommencer à zéro.

Quand nous vivons une période aussi difficile, que l’on nous retire tout ce que nous avons mis tant de temps à bâtir, nous pouvons ressentir de la colère ou de la tristesse face à la vie, et penser que l’univers tout entier prépare quelque chose contre nous.

Nous croyons cela car nous sommes incapables de prendre suffisamment de recul pour comprendre pourquoi cela se produit, mais lorsque nous réalisons pourquoi certaines portes se ferment à nous, nous nous réjouissons qu’un cycle se termine.

Notre vie est en constante évolution, personne ne vit toujours la même vie. Et nous devons nous adapter à ces changements si nous souhaitons continuer notre évolution et notre transformation. Nous avons la fâcheuse tendance à nous attacher au passé, à ceux qui sont partis et aux souvenirs qui ne reviendront jamais. Tellement de portes restent ouvertes que cela nous empêche d’en ouvrir de nouvelles.

Quand la vie réalise que nous restons accrochés à des choses qui n’existent plus, elle ferme ces anciennes portes pour que nous puissions évoluer dans notre voyage, même si cela nous blesse sur le moment.

Nous pensons qu’en nous libérant de ce qui ne nous sert plus, nous perdrons des connaissances précieuses. Nous sommes convaincus que certaines personnes doivent rester à nos côtés pour toujours et que nous mesurons notre puissance et notre force au nombre de choses que nous sommes capables de supporter sans perdre la tête.

C’est parce que nous ne faisons que répéter les mêmes enseignements qui existent depuis toujours, pensant qu’il s’agit de l’unique vérité.

Nous n’avons pas pris conscience de la nécessité de lâcher prise, nous n’avons pas appris que notre croissance et la réalisation de ce que nous souhaitons dépendent de notre capacité à voir que des portes doivent être fermées.

Nous avons peur de laisser certaines choses derrière nous, mais c’est uniquement car nous ne réalisons pas que dès qu’une porte se ferme, l’univers entier s’ouvre pour nous.


À chaque fois que nous recommençons, de nouvelles opportunités de bonheur et de succès se présentent à nous. Quand nous nous accrochons à certaines choses, nous nous retrouvons bloqués au même endroit.

Cela nous empêche d’apprendre, de nous transformer et de vivre pleinement. Si nous ne voulons pas stagner, nous devons comprendre l’importance des portes closes et honorer celles qui restent ouvertes.

Ainsi, poursuivez courageusement votre chemin avec le cœur et les yeux ouverts. Trouvez le courage de laisser derrière vous ce qui ne vous sert plus et laissez l’Univers vous présenter tout ce qu’il vous a réservé. Vous méritez ce qu’il y a de mieux, acceptez toutes les opportunités de croissance pour vivre la vie la plus épanouissante possible.

Dans la nuit du monde

Bonjour, je vous espère en pleine forme

J’ai envie ce matin de vous partager le discours de décembre 1964 dans lequel Martin Luther King, prix Nobel de la Paix, proclamait sa foi et son espérance en un avenir pour l’humanité. On parlait alors de guerre froide, de racisme…

Aujourd’hui, dans la nuit du monde et l’espérance de la Bonne Nouvelle, j’affirme avec audace ma foi en l’avenir de l’humanité!

Je refuse de croire que les circonstances actuelles rendront les hommes incapables de faire une terre meilleure. 
Je refuse de croire que l’être humain n’est qu’un fétu de paille, ballotté par le courant de la vie,  sans avoir la possibilité d’influencer en quoi que ce soit le cours des événements.

Je refuse de partager l’avis de ceux qui prétendent que l’homme est à ce point captif de la nuit sans étoiles, du racisme et de la guerre,
que l’aurore radieuse de la paix et de la fraternité ne pourra jamais devenir réalité.

Je refuse de faire mienne la prédiction cynique que les peuples descendront l’un après l’autre dans le tourbillon du militarisme, vers l’enfer de la destruction thermo-nucléaire.

Je crois que la vérité et l’amour sans conditions auront le dernier mot effectivement. 
La vie, même vaincue provisoirement, demeure toujours plus forte que la mort.

Je crois fermement que, même au milieu des obus qui éclatent et des canons qui tonnent, il reste l’espoir d’un matin radieux.

J’ose croire qu’un jour tous les habitants de la terre pourront recevoir trois repas par jour pour la vie de leur corps, pour l’éducation et la culture, pour la santé de leur esprit, l’égalité et la liberté pour la vie de leur cœur.

Résultat de recherche d'images pour "vigne"

Je crois également qu’un jour, toute l’humanité reconnaîtra en Dieu la source de son amour. 
Je crois également que la volonté salvatrice et pacifique deviendra un jour la loi. 
Le loup et l’agneau pourront se reposer ensemble, chaque homme pourra s’asseoir sous son figuier dans sa vigne, et personne n’aura plus raison d’avoir peur.

Je crois fermement que nous l’emporterons!

Bien que plus de 35 années se soient écoulées, ce puissant texte reste encore et toujours d’actualité puisque le coeur des hommes reste inchangé.

Je garde pourtant espoir que chacun d’entre nous a le pouvoir de changer les choses de l’intérieur, et que nous pouvons tous ajouter notre petite goutte d’eau aux milliers d’autres dans l’océan pour dépasser les circonstances extérieures aussi puissantes soient elles

Namasté – Mabelle

Je veux savoir

Bonjour, j’espère que vous allez merveilleusement bien en ce début février.

Je ne sais pas du tout de qui est ce texte, mais je le trouve superbe, aussi je ne résiste pas à vous le partager.

Prenez soin de vous.

Mabelle

Je ne veux pas savoir ce que tu fais pour gagner ta vie.
Je veux savoir ce qui te passionne et si tu as le courage de réaliser tes rêves.

Je ne veux pas savoir quel âge tu as.
Je veux savoir si tu peux tout risquer pour l’amour, pour tes rêves, pour l’aventure de la vie.

Je ne veux pas savoir sous quel signe tu es né.
Je veux savoir si les épreuves de la vie ont ouvert ton cœur, ou si, au contraire, elles l’ont fermé.

Je ne veux pas savoir si tu dis la vérité ou non.
Je veux savoir si tu peux supporter le poids d’une accusation et ne pas trahir ton âme, si tu es fidèle et si je peux ainsi mettre ma confiance en toi.

Je ne veux pas savoir où tu habites ni combien d’argent tu gagnes.
Je veux savoir si tu peux te relever après avoir connu le désespoir et si, courbaturé et meurtri jusqu’aux os, tu peux encore aider tes enfants.

Je ne veux pas savoir qui tu es ni d’où tu viens.
Je veux savoir si tu peux te tenir au milieu du feu sans reculer.

Je ne veux pas connaître l’objet de tes études. Je veux savoir ce qui t’a permis de continuer quand tout allait mal.
Je veux savoir si tu peux être seul avec toi-même et si tu apprécies ta propre compagnie dans les moments de solitude.

La fougère et le bambou

Bonjour, je partage avec vous ce matin l’histoire de la fougère et du bambou, un conte oriental

C’était un jour tout à fait ordinaire lorsque j’ai décidé de tout laisser tomber…

Un jour, je me suis avoué vaincu… j’ai renoncé à mon travail, à mes relations, et à ma vie. Je suis ensuite allé dans la forêt pour parler avec un ancien que l’on disait très sage.

– Pourrais-tu me donner une bonne raison pour ne pas m’avouer vaincu ? Lui ai-je demandé.

– Regardes autour de toi, me répondit-il, vois-tu la fougère et le bambou ?

– Oui, répondis-je.

– Lorsque j’ai semé les graines de la fougère et du bambou, j’en ai bien pris soin. La fougère grandit rapidement. Son vert brillant recouvrait le sol. Mais rien ne sorti des graines de bambou. Cependant, je n’ai pas renoncé au bambou.

– La deuxième année, la fougère grandit et fut encore plus brillante et abondante, et de nouveau, rien ne poussa des graines de bambou. Mais je n’ai pas renoncé au bambou.

– La troisième année, toujours rien ne sorti des graines de bambou. Mais je n’ai pas renoncé au bambou.

– La quatrième année, de nouveau, rien ne sorti des graines de bambou. Mais je n’ai pas renoncé au bambou.

– Lors de la cinquième année, une petite pousse de bambou sorti de la terre. En comparaison avec la fougère, elle avait l’air très petite et insignifiante.

– La sixième année, le bambou grandit jusqu’à plus de 20 mètres de haut. Il avait passé cinq ans à fortifier ses racines pour le soutenir. Ces racines l’on rendu plus fort et lui ont donné ce dont il avait besoin pour survivre.

– Savais-tu que tout ce temps que tu as passé à lutter, tu étais en fait en train de fortifier tes racines ? Dit l’ancien, et il continua…

– Le bambou a une fonction différente de la fougère, cependant, les deux sont nécessaires et font de cette forêt un lieu magnifique.

– Ne regrettes jamais un jour de ta vie. Les bons jours t’apporteront du bonheur. Les mauvais jours t’apporteront de l’expérience. Tous deux sont essentiels à la vie, dit l’ancien, et il continua… Le bonheur nous rend doux. Les tentatives nous maintiennent forts. Les peines nous rendent plus humains. Les chutes nous rendent humbles. Le succès nous rend brillants…

J’espère que ces mots vous aideront à garder la foi et à ne jamais, jamais abandonner.

Si vous n’obtenez pas ce que vous désirez, ne perdez pas espoir, qui sait, peut-être que vous êtes juste en train de fortifier vos racines.

Prenez soin de vous

Mabelle

Si les hommes savaient

Bonjour,

Je vous espère en pleine forme par ce matin pluvieux. Je vous partage ce matin un texte du site
 http://ducielalaterre.org écrit par Monique Mathieu

Je perçois une belle lumièe bleutée, d’une grande douceur.

Marie me dit :

« Si les hommes savaient que je ne suis d’aucune religion !

Si les hommes savaient que les religions séparent, détruisent !

Si les hommes savaient qu’ils ont tout en eux !

Si les hommes savaient à quel point leur potentialité d’aimer est immense !

Si les hommes savaient qu’ils sont libres, qu’ils ne doivent être sous contrainte d’aucune religion, d’aucune philosophie, qu’ils doivent avancer en se connectant, en pensant à ce que je suis, à ce que sont tous les Êtres de Lumière  !

Si les hommes savaient que j’existe différemment !

Si les hommes savaient que même Jésus existe dans son immense splendeur de Lumière et d’Amour !

Si les hommes savaient que la seule religion est la Religion Universelle, la Religion de l’Amour !

Si les hommes savaient cela, demain le Soleil brillerait partout, il brillerait dans les cœurs, il brillerait dans toutes les chaumières !

Si les hommes savaient cela, il n’y aurait plus de souffrance, il n’y aurait plus de maladie, il n’y aurait que le bonheur, il n’y aurait que la joie, il n’y aurait que la sérénité !

Si les hommes savaient la puissance de l’Amour !

Si les hommes savaient tout cela, ils ouvriraient leur conscience et, petit à petit, ils percevraient l’autre monde, le monde de Lumière, le monde d’Amour ! Ils ne le vivraient pas uniquement dans le monde de la Terre, ils le vivraient dans le monde de la Terre et dans le monde qu’ils appellent « invisible » et qui est pourtant tellement plus visible et tellement plus réel que leur monde actuel !

Si les hommes savaient tout cela, la vie ne serait plus la même, il n’y aurait plus de révolte, il n’y aurait plus de violence !

Si les hommes savaient qu’ils sont précieux les uns pour les autres !

Si les hommes savaient que la fraternité est une grande sagesse, une grande puissance !

Si les hommes savaient, ils ne se laisseraient plus manipuler par l’argent ou par quelque pouvoir  !

Si les hommes savaient cela, ils retrouveraient leur intégrité, ils retrouveraient leur liberté, ils retrouveraient petit à petit la sagesse et ils  retrouveraient surtout l’Amour !

Mais les hommes dorment ! Les hommes sont encore dans la peur ! Les hommes sont encore trop fragiles, trop manipulables !

Demain les hommes sauront, parce que nous travaillons afin que les êtres s’éveillent à eux-mêmes et qu’ils parviennent à comprendre et à savoir  ce qui est important, à savoir ce qui ne l’est pas, à savoir combien ils ont de potentialités d’aimer et surtout à savoir offrir l’Amour, l’offrir d’abord à eux-mêmes afin de pouvoir l’offrir totalement à la Vie ! Je dis  dis « l’offrir à la Vie » parce qu’il est très important de ne jamais oublier les divers règnes qui sont en eux et qui font partie de leur vie « .

Prenez soin de vous.

Mabelle