Archives de catégorie : Textes à méditer

Des petits textes pour nous donner à réfléchir

La foi

Bonjour, je vous espère en très grande forme. Je vous partage un texte de Catherine MARTIN « Vivre au-delà de nos croyances »

Prenez soin de vous.

Mabelle

Déposer de l’Amour et de la Bienveillance sur nos zones d’Ombre, c’est nous donner l’occasion d’accéder à notre propre Lumière.

Une dose d’humour et/ou d’autodérision peuvent aider, car nous retombons souvent dans nos travers et cela permet de stopper le jugement.

Accueillir et accepter que le Divin est en soi et non à l’extérieur de soi, c’est réparer et établir un pont entre le «soi» et le «moi».

Croire profondément en ce que je suis, c’est croître, grandir et prospérer. C’est mettre en Lumière nos croyances et établir un pont aux couleurs de l’arc-en-ciel jusqu’à la conscience afin de renouer avec la Foi.

Cette « Foi », nous l’avons tous; elle a toujours été là, présente, mais nous l’avons abandonnée. Nous nous sommes abandonnés.

Nous avons mis de côté cette partie divine en croyant qu’elle était extérieure à nous. Nous avons fait confiance en des « choses » extérieures à nous.

Nous nous sommes éloignés sournoisement de notre Lumière, de notre Amour, de notre Foi.

Une affirmation répétée sans conscience ne donne rien, car la croyance reste en nous. C’est comme chanter une chanson sans y mettre l’émotion. Il n’y a pas d’impact ou d’effet levier et la croyance reste en soi.

Une intention exprimée avec force et conviction, partant du cœur avec un centrage en amont, va créer une grande ouverture.

C’est pour moi la Prière dans toute sa Splendeur et son Immensité. C’est cette Intention-Prière qui fera en sorte que le Miracle s’accomplira.

En ce sens je deviens le Créateur de ma vie et j’alimente la Foi en moi. Une croyance ne se vit que si elle est alimentée, sinon, elle meurt.

Croyance et Foi sont toutes les deux une Énergie qui vit en nous. À nous de savoir laquelle on veut faire grandir et prospérer pour nous rendre plus forts.

Ne dit-on pas que seule la Foi soulève les montagnes ?

Le secret de la réussite

Bonjour, j’espère que vous allez bien.

  

· 

Un jour, j’ai demandé à une femme qui avait beaucoup de lumière de me partager son secret

Elle a souri et m’a dit :

« J’ai commencé à réussir quand j’ai commencé à laisser des petits combats à des petits combattants.

J’ai arrêté de me battre contre ceux qui bavardaient autour de moi…

J’ai arrêté de me battre avec mes beaux-parents…

J’ai arrêté de me battre pour attirer l’attention…

J’ai arrêté de me battre pour répondre aux attentes des personnes envers moi.

J’ai arrêté de me battre pour mes droits avec des gens inconsidérés.

J’ai arrêté de me battre pour faire plaisir à tout le monde.

J’ai arrêté de me battre pour prouver qu’ils avaient tort pour moi.

J’ai laissé de tels combats à ceux qui n’ont rien d’autre à combattre.

Et j’ai commencé à me battre pour

ma vision, mes rêves, mes idées et mon destin.

Le jour où j’ai abandonné les petits combats, c’est le jour où j’ai commencé à avoir du succès et devenue tellement plus heureuse. »

Certains combats ne valent pas votre temps.

Choisissez ce que vous combattez, avec sagesse.

C’est le secret de la réussite… »

Qui est puissant ?

Celui qui vous fait rire est plus puissant

Que celui qui vous fait pleurer,

Celui qui vous rend heureux plus puissant

Que celui qui vous rend triste et morose,

Celui qui illumine votre vie, plus puissant

que celui qui la rend sombre et ennuyeuse.

Le véritable pouvoir réside dans la capacité à améliorer la vie des autres,

en nourrissant leur âme d’une manière simple,

en remplissant leur vie d’enthousiasme,

en leur apprenant à s’estimer eux-mêmes.

Aimer, rire et rayonner

Bonjour, je vous espère en forme

Je vous partage un petit texte de Anita Moorjani

Quand je suis née dans ce monde, je ne savais qu’aimer,

rire et rayonner ma lumière intensément.

Puis au fur et à mesure que je grandissais, on m’a répété

d’arrêter de rire: « Prends la vie au sérieux si tu veux avancer dans ce monde.» Alors j’ai arrêté de rire.

On m’a dit ensuite : « Fais attention à qui tu aimes si tu ne veux pas que ton coeur soit brisé. » Alors j’ai arrêté d’aimer.

Puis on m’a dit : «Ne rayonne pas tant car cela attire l’attention sur toi .»

Alors j’ai arrêté de rayonner.

Et je suis devenue minuscule. Je me suis flétrie Et je suis morte.

Pour apprendre après la mort

Que tout ce qui compte dans la vie

Est d’aimer, rire et rayonner sa lumière intensément !

Prenez soin de vous

Mabelle

Ecoute ton coeur et ton âme

Bonjour, je vous espère en pleine forme

Je vous espère un texte trouvé sur le net, d’un auteur inconnu.

Prenez soin de vous – Mabelle

Quel que soit le chemin que tu as décidé de faire ici-bas, ne laisse jamais personne t’en détourner

Ne laisse personne te dire comment et quoi penser. Ne laisse personne te faire douter de tes capacités.

Ta mission de vie est à toi et à nul autre !

Les conseils, les exemples, les suggestions, que tu peux recevoir, sont des outils. Les obligations, les contraintes, sont des freins.

Tout part toujours d’une bonne intention, mais pour qui ?

Si c’est pour te faire avancer, c’est bien, si c’est pour se servir de toi, de tes capacités, ce n’est pas acceptable, ne l’autorise pas.

Chaque chemin est différent, chaque personne a un livre à remplir. Respecte qui tu es, ne permets à personne de te dicter ce que tu dois être, ou faire. Toi seul as la réponse.

Tout au long de ta vie, tu vas rencontrer des conseillers, des gens bien intentionnés, mais reste vigilant à ce que ceux-ci ne te mènent pas vers une impasse, parfois volontairement, parfois par peur, d’autres fois, par désir de briller à travers toi.

Écoute ton cœur, écoute ton âme, eux savent. Ton chemin, tu l’as choisi, tu as dit oui, alors quels que soient tes besoins, tes désirs, reste attentif à ce que l’on te propose, que cela corresponde bien, à ce que tu es venu faire.

Les belles paroles, une présence imposante, une façon de te faire les événements différemment, c’est bien, cependant, regarde la personne agir, et tu sauras vite si elle est en accord avec ce qu’elle te conseille, t’invite à faire. Le désir de pouvoir est grand, et, mal placé, il peut être destructeur.

Tes dons, tes capacités, que tu es venu mettre au service des autres, sont un chemin de lumière, une route vers l’infini, il te correspond, il est toi. Nul n’a le droit de t’en détourner.

L’intégrité est essentielle pour mener à bien ta mission.

Si tu sens une quelconque manipulation de la part de l’autre, fuis, cours, va t’en loin

Tu as tout en toi pour aller vers ce qui fait vibrer l’être d’amour incarné que tu es.

Si on ne comprend pas ton travail, tant pis

Si on n’accepte pas qui tu es tant pis

Continue, avance, tu trouveras les bonnes personnes, pour marcher à côté de toi.

TU ES CE QUE TU ES.

TU ES QUI TU ES. »

Comment savoir quelle direction prendre ?

Bonjour, je vous espère en pleine forme

Il n’y a qu’une façon de savoir quelle direction prendre.

Vous devez suivre votre peur, elle vous montrera le chemin.

Échapper à ce qui vous fait peur est une façon de perdre le cap : ce faisant, vous vous éloignez de plus en plus de ce que vous cherchez.

Si vous avez peur d’affronter cette personne ou cette situation, le nœud à défaire est là.

Ce nœud qui, si vous le reconnaissez et faites face, vous donnera les clés de la liberté.

Lorsque vous ressentez de la peur, de l’agitation, de l’irritation et de l’inquiétude, ne fuyez pas, écoutez ce que vous ressentez et allez courageusement découvrir le trésor caché dans votre malaise.

Les trésors les plus précieux sont gardés par le plus terrible dragon.

Pour atteindre les trésors, il faut approcher le dragon et l’embrasser.

Onix bleu

La liberté

Bonjour, je vous espère en forme. Je vous partage ce matin un texte de Lord Byron.

La liberté n’est pas le fait de pouvoir faire ce que l’on veut, mais plutôt la capacité à prendre du plaisir en chaque chose que l’on fait.

Revenir aux plaisirs primaires… S’arrêter pour admirer une fleur, s’émouvoir à la vue d’un vol d’oiseau, écouter le bruit d’un ruisseau… Toutes ces petites choses sans importance qui ont désormais déserté les endroits où nous vivons et qui font le bonheur de chacun lorsque l’on prend le temps de les contempler.

Les plaisirs essentiels sont souvent les meilleurs. Il y a de la musique dans le soupir du roseau ; il y a de la musique en toutes choses si les hommes pouvaient l’entendre..

Prenez soin de vous

Mabelle

Nous avons à apprendre des abeilles

Bonjour, je vous es père en forme. Je vous partage un texte dont je n’ai pas trouvé l’auteur.

Mon père a des abeilles. Aujourd’hui, je suis allé chez lui, et il m’a montré tout le miel qu’il avait obtenu des ruches. Il a enlevé le couvercle d’un seau de 5 gallons plein de miel et sur le miel il y avait 3 petites abeilles, en difficulté.

Ils étaient couverts de miel collant et se noyaient. Je lui ai demandé si nous pouvions les aider, et il a dit qu’il était sûr qu’ils ne survivraient pas. Des victimes de la collecte de miel, je suppose.

Je lui ai demandé à nouveau si on pouvait au moins les sortir et les tuer rapidement, après tout c’est lui qui m’a appris à sortir un animal qui souffre (ou insecte) de sa misère.

Il a finalement concédé et sorti les abeilles du seau. Il les a mis dans un récipient de yaourt Chobani vide et a mis le récipient en plastique dehors.

Parce qu’il avait perturbé la ruche avec la collection précédente de miel, il y avait des abeilles qui volaient partout à l’extérieur.

Nous avons mis les 3 petites abeilles dans le conteneur sur un banc et les avons laissées à leur sort.

Mon père m’a appelé un peu plus tard pour me montrer ce qui se passait.

Ces trois petites abeilles étaient entourées de toutes leurs sœurs (toutes les abeilles sont des femelles) et elles nettoyaient les abeilles collantes presque mortes, les aidant à enlever tout le miel de leur corps. Nous sommes revenus peu de temps plus tard et il ne restait plus qu’une petite abeille dans le conteneur.

Elle était toujours soignée par ses sœurs.

Quand il était temps pour moi de partir, nous avons vérifié une dernière fois et les trois abeilles avaient été assez nettoyées pour s’envoler et le conteneur était vide.

Ces trois petites abeilles ont vécu parce qu’elles étaient entourées de leur famille et d’amis qui ne voulaient pas les abandonner, de la famille et des amis qui refusaient de les laisser se noyer et ont décidé d’aider jusqu’à ce que la dernière petite abeille puisse s’envoler.

Nous pourrions tous apprendre une chose ou deux de ces abeilles.

Prenez soin de vous

Mabelle

Etre et avoir

Bonjour, Comment allez vous ?

Je vous partage un texte de Ive Duteuil ce matin

«Loin des vieux livres de grammaire,

Écoutez comment un beau soir,

Ma mère m’enseigna les mystères

Du verbe être et du verbe avoir.

Parmi mes meilleurs auxiliaires,

Il est deux verbes originaux.

Avoir et Être étaient deux frères

Que j’ai connus dès le berceau.

Bien qu’opposés de caractère,

On pouvait les croire jumeaux,

Tant leur histoire est singulière.

Mais ces deux frères étaient rivaux.

Ce qu’Avoir aurait voulu être

Être voulait toujours l’avoir.

À ne vouloir ni dieu ni maître,

Le verbe Être s’est fait avoir.

Son frère Avoir était en banque

Et faisait un grand numéro,

Alors qu’Être, toujours en manque.

Souffrait beaucoup dans son ego.

Pendant qu’Être apprenait à lire

Et faisait ses humanités,

De son côté sans rien lui dire

Avoir apprenait à compter.

Et il amassait des fortunes

En avoirs, en liquidités,

Pendant qu’Être, un peu dans la lune

S’était laissé déposséder.

Avoir était ostentatoire

Lorsqu’il se montrait généreux,

Être en revanche, et c’est notoire,

Est bien souvent présomptueux.

Avoir voyage en classe Affaires.

Il met tous ses titres à l’abri.

Alors qu’Être est plus débonnaire,

Il ne gardera rien pour lui.

Sa richesse est tout intérieure,

Ce sont les choses de l’esprit.

Le verbe Être est tout en pudeur,

Et sa noblesse est à ce prix.

Un jour à force de chimères

Pour parvenir à un accord,

Entre verbes ça peut se faire,

Ils conjuguèrent leurs efforts.

Et pour ne pas perdre la face

Au milieu des mots rassemblés,

Ils se sont répartis les tâches

Pour enfin se réconcilier.

Le verbe Avoir a besoin d’Être

Parce qu’être, c’est exister.

Le verbe Être a besoin d’avoirs

Pour enrichir ses bons côtés.

Et de palabres interminables

En arguties alambiquées,

Nos deux frères inséparables

Ont pu être et avoir été.

Oublie ton passé, qu’il soit simple ou composé,

Participe à ton Présent pour que ton Futur soit Plus que Parfait.»

Prenez soin de vous – Mabelle